Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le chef du Département fédéral de la Défense Guy Parmelin mise sur la communication pour qu'à l'avenir davantage de femmes fassent leur service militaire (archives).

KEYSTONE/PETER KLAUNZER

(sda-ats)

Trois jours après que le Conseil fédéral a annoncé vouloir examiner la possibilité d'étendre l'obligation de servir aux femmes, le ministre de la défense affirme que "l'armée a besoin de plus de femmes". Dans une interview, Guy Parmelin dit comment s'y préparer.

Un premier pas consisterait à rendre obligatoire aussi pour femmes la journée d'orientation de l'armée qui précède le recrutement. Mais pour atteindre cet objectif, il faut "mieux communiquer les chances que le service militaire offre", déclare Guy Parmelin dans un entretien avec la Schweizer Illustrierte.

Dans tous les cas la route sera longue, puisqu'un changement constitutionnel est nécessaire. Il incombera au Conseil fédéral de proposer ou non une telle évolution dans le système de défense de milice. Le gouvernement se basera sur une analyse par les départements de la défense et de l'économie des recommandations d'un groupe de travail rendues publiques mercredi.

Le Conseil fédéral avait chargé ce dernier en 2012 d'évaluer le modèle actuel et d'émettre des propositions afin d'élaborer un système d'obligation de servir ajusté au mieux au besoin réel. Les femmes pourraient aussi être appelées à servir dans la protection civile.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS