Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Palestiniens ont engrangé mercredi une première victoire diplomatique dans leur quête d'une reconnaissance internationale d'un Etat. Une recommandation a été adoptée à l'UNESCO pour faire de la Palestine un membre à part entière de cette organisation.

Selon des sources au sein de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, les sciences et la culture (UNESCO), le conseil exécutif de cette agence a approuvé à une forte majorité, par 40 voix sur 58, une recommandation d'attribuer à la Palestine ce statut de membre à part entière.

Quatre pays ont voté contre, dont les Etats-Unis, et 14 se sont abstenus, dont la France et l'Espagne, selon les mêmes sources. La recommandation, initiée par le groupe des pays arabes, va être soumise à la fin du mois à la Conférence générale de l'UNESCO.

Pour que la Palestine obtienne un statut d'Etat membre à l'UNESCO, la Conférence doit approuver la recommandation par une majorité des deux tiers de ses 193 membres, lors de sa session qui aura lieu du 25 octobre au 10 novembre à Paris où siège l'organisation.

Suggestion lancée

L'approbation de cette recommandation a une très forte portée symbolique à l'heure où les Palestiniens ont déposé une demande d'adhésion à l'ONU comme Etat membre à part entière via le Conseil de sécurité. Les Etats-Unis ont menacé d'opposer leur veto à cette démarche tandis que la France a proposé d'accorder à la Palestine un simple statut d'Etat-observateur via un vote à l'Assemblée générale des Nations unies.

Il n'existe pas de droit de veto au conseil exécutif de l'UNESCO. Les Palestiniens n'ont jusqu'à présent qu'un statut d'observateur à l'UNESCO.

A Ramallah, le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki avait lui dénoncé à l'AFP peu avant le vote à l'UNESCO "d'énormes pressions" contre la demande d'adhésion de la Palestine, en les attribuant aux Etats-Unis et à Israël.

Un changement de statut à l'UNESCO permettrait à la Palestine de déposer des demandes de reconnaissance au Patrimoine mondial de l'Humanité pour des sites dans les territoires palestiniens occupés par Israël.

ATS