Navigation

Victoire pour un shérif américain opposé à l'échangisme conjugal

Les décisions sexuelles doivent être considérées différemment pour des membres de la police, a relevé la cour d'appel de la Nouvelle-Orléans (archives). KEYSTONE/AP/RUSSELL CONTRERAS sda-ats
Ce contenu a été publié le 12 décembre 2017 - 01:34
(Keystone-ATS)

La cour suprême des Etats-Unis a confirmé lundi un jugement donnant raison à un shérif de Louisiane qui avait renvoyé deux de ses agents, chacun tombé amoureux de l'épouse de l'autre. Le méli-mélo sentimental s'est produit en 2014 dans le district de Bossier.

Deux agents se sont rendu compte cette année-là qu'ils n'avaient pas convolé avec la femme de leur vie, celle-ci se trouvant être l'épouse de l'autre. Or, dans un heureux croisement de flèches décochées par Cupidon, les femmes se sont également éprises du conjoint de l'autre.

Après avoir consulté leurs proches, les deux policiers ont décidé d'échanger leurs familles et lieux de résidence. Mais cette décision n'a pas été du goût de l'adjoint du shérif, qui leur a exhibé le code de conduite, stipulant: "Ne vous livrez à aucune conduite illégale, immorale ou indécente".

Le shérif-adjoint a donné deux mois aux deux agents pour se remettre dans le droit chemin, faute de quoi ils seraient renvoyés. Les deux hommes refusant d'obtempérer, ils ont été mis à pied.

En première instance et en appel, les tribunaux leur ont donné tort. "Les décisions sexuelles entre adultes consentants doivent être considérées différemment quand les adultes sont membres de la police", a estimé la cour d'appel de la Nouvelle-Orléans. En refusant lundi d'examiner cette affaire, la cour suprême à Washington a infligé un ultime revers aux deux agents du shérif.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article