Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les 27e Victoires françaises de la musique ont sacré samedi soir à Paris deux des voix les plus singulières de la chanson française longtemps oubliées de la cérémonie, Catherine Ringer et Hubert-Félix Thiéfaine. Elles ont également salué l'ascension du jeune rappeur Orelsan.

Hubert-Félix Thiéfaine a remporté samedi ses premières Victoires en 40 ans de carrière, celle de l'artiste masculin de l'année et celle de l'album de chansons pour "Suppléments de mensonge".

Cette première - malgré 16 albums studios et une influence revendiquée par nombre de jeunes artistes - est à l'image d'une figure du rock indépendant qui a construit sa carrière à l'écart du vedettariat.

Catherine Ringer

Autre grande figure un peu oubliée des Victoires, Catherine Ringer a été sacrée artiste-interprète féminine de l'année. Emue, elle a remercié Fred Chichin "qui m'a tellement aidée et appris de choses". Le guitariste des Rita Mitsouko et compagnon de l'artiste est décédé fin 2007 à l'âge de 53 ans d'un cancer fulgurant.

En la récompensant, les Victoires de la musique ont salué une des voix les plus singulières de la chanson française, qui a décidé de poursuivre seule l'aventure musicale entamée avec les Rita Mitsouko pour surmonter la douleur de la disparition de Fred Chichin.

Revanche pour Orelsan

Autre grand vainqueur de la soirée, le rappeur Orelsan est reparti avec deux trophées, celui de la révélation du public et celui de l'album de musiques urbaines pour "Le chant des sirènes".

Cette double consécration de la profession et du public a un goût de revanche pour le jeune rappeur, souvent comparé à l'Anglais The Streets, après la polémique qui avait marqué ses débuts médiatiques.

Poursuivi en justice

Au printemps 2009 des associations féministes et partis politiques s'étaient offusqués des paroles tirées d'une de ses anciennes chansons, "Sale Pute", jugée violente à l'égard des femmes.

Orelsan, encore poursuivi en justice dans cette affaire, s'était excusé et défendu en expliquant qu'il s'agissait d'une fiction parlant d'un homme trompé.

ATS