Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une coupure d'électricité a paralysé la vieille ville et deux arrondissements résidentiels de Zurich jeudi entre 11h00 et 13h45. De nombreux magasins et restaurants se sont retrouvés au chômage technique. Les transports publics ont été perturbés.

Un court-circuit lié à des câbles à haute tension défectueux dans une sous-station électrique est à l'origine de la panne, indique la société électrique de la ville. Environ 10'000 ménages et locaux en tous genres ont été privés de courant à la mi-journée en vieille ville dans le Niederdorf, ainsi que dans des quartiers résidentiels des 6e et 8e arrondissements.

Durant près de trois heures, les transports publics n'ont pas pu desservir les zones touchées. Une septantaine de trams et de bus sont restés bloqués en chemin. Plusieurs lignes ont dû être déviées.

Le réseau RER n'a en revanche pas été perturbé. Les CFF disposent en effet de leur propre réseau électrique. Quant à la circulation routière, elle n'a pas viré au chaos malgré l'extinction des feux de signalisation, indique un porte-parole de la police municipale.

Commerces et restaurants

Situés sur la rive droite de la Limmat, les nombreux commerces du Niederdorf ont vécu une situation particulière. Certains ont fermé durant la panne, d'autres ont attendu désespérément leur clientèle.

Impossible en outre de manger un repas chaud dans le quartier durant la pause de midi: les restaurants ont dû se contenter de servir des spécialités froides. Nombre de citadins ont toutefois préféré se rabattre sur des sandwiches. Un stand de saucisses alimenté au gaz a par ailleurs réalisé d'excellentes affaires.

Pas de "Blick am Abend"

La coupure d'électricité a empêché plusieurs entreprises de travailler normalement. La radio privée "Radio 1" a été dans l'impossibilité d'émettre durant près de trois heures.

Basés également dans le quartier de Bellevue, la "NZZ" et le groupe Ringier ont connu une journée de travail difficile. Le journal gratuit "Blick am Abend" n'a lui pas pu sortir de presse.

ATS