Navigation

Village afghan transformé en cimetière par un glissement de terrain

Ce contenu a été publié le 03 mai 2014 - 18:54
(Keystone-ATS)

Quelque trois cents personnes ont péri dans les glissements de terrain qui ont transformé un village du nord-est de l'Afghanistan en vaste "cimetière", ont annoncé samedi les autorités locales. Elles ont signalé la fin des opérations visant à retrouver d'éventuels survivants.

"Nous avons une liste de 300 morts confirmés", a déclaré à des journalistes Shah Waliullah Adeeb, le gouverneur du Badakhshan, où s'est produite la catastrophe, alors que la mission de l'ONU en Afghanistan (Unama) avait fait état vendredi soir d'au moins 350 morts. M. Adeeb lui-même avait dans un premier temps estimé que "2500 personnes pourraient avoir trouvé la mort".

"Les premiers chiffres qui avaient été annoncés avaient été établis sur la base de témoignages, et non par notre équipe technique. Nous pensons que le bilan humain ne dépassera pas les 500 morts", a précisé à l'AFP le vice-gouverneur, Mohammad Bedar.

Torrent de boue et de pierres

La catastrophe est survenue vendredi dans le district d'Argo de la province du Badakhshan, région pauvre et montagneuse frontalière du Tadjikistan, de la Chine et du Pakistan, et relativement épargnée par les violences des insurgés talibans.

A la suite de pluies torrentielles, un torrent de boue et de pierres a coulé le long d'une vallée encaissée, touchant principalement le village d'Aab Bareek où vivent plusieurs centaines de familles.

Proches abasourdis

Sur place, des centaines de personnes, abasourdies par l'étendue du désastre, erraient à proximité des ruines de leurs maisons, a constaté un correspondant de l'AFP.

Toute la matinée, armées de pelles, des équipes de secours avaient creusé désespérément parmi les décombres de quelque 300 maisons détruites pour retrouver des victimes prises au piège, une tâche titanesque en raison des tonnes de terre et de pierres qui se sont abattues sur les fragiles habitations.

Mais les autorités locales ont signalé en milieu d'après-midi la fin des recherches.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.