Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Vincent Praplan va rejoindre San Jose le 21 août. Mais avant ses premiers coups de patin avec les Sharks, le Valaisan transpire lors du Prospect camp à Berne avec les meilleurs Suisses de -de 25 ans.

Il aurait sans nul doute préféré quitter la Suisse sur une note positive. Mais le sport en a décidé autrement et Vincent Praplan a vécu la relégation de Kloten. Après avoir brillé avec la Suisse à Paris lors du Championnat du monde 2017, l'ailier débarqué dans la banlieue zurichoise en 2009 a connu une saison difficile. "Après le Mondial, je suis allé faire un peu de service militaire à Macolin, se remémore-t-il. Après le camp à Chicago et celui à San Jose. Du coup, je n'ai pas eu de temps pour mener une vraie préparation d'été. Je pense que ma première moitié de saison n'était pas mauvaise. Mais après les JO, j'ai senti que c'était dur physiquement et que le jus manquait un peu."

Car forcément, Vincent Praplan a été utilisé à toutes les sauces par ses entraîneurs. A Kloten et par Patrick Fischer lors des rassemblements de l'équipe nationale. Il y a eu la Karjala Cup en novembre, la Coupe Spengler fin décembre et finalement les Jeux olympiques en février. Pas étonnant que les organismes et le mental de certains n'aient pas toujours été au firmament, surtout lorsque la situation en club n'était pas folichonne.

Malgré sa présence et celle de Denis Hollenstein, les Aviateurs n'ont jamais réussi à se sortir d'un trou qu'ils ont eux-mêmes creusé. Incapables d'enchaîner les bons matches, les banlieusards zurichois ont finalement dû affronter Rapperswil dans un barrage de promotion-relégation de tous les dangers. Mené 2-0, Kloten est parvenu à renverser la vapeur pour virer en tête 3-2. "Mais là encore on sort un match sans, précise Vincent Praplan. Cette relégation, c'est quelque chose qui va m'accompagner toute ma carrière. Même si c'est dur de dire qu'une relégation peut t'apporter quelque chose, je pense que tous les échecs te permettent d'apprendre. Le but c'est de ne pas répéter les mêmes erreurs."

Pas de contrat en Suisse

Le chapitre Kloten derrière lui, le Sierrois se lance maintenant dans un nouveau défi: se faire une place en NHL. Au bénéfice d'un bail d'un an avec les San Jose Sharks, le Valaisan a bossé dur pour être prêt physiquement: "Je pars le 21 août. J'aurai deux bonnes semaines pour m'acclimater. Je crois que le camp commence le 10 septembre et après j'aurai trois semaines pour montrer aux coaches ce que je sais faire. Mon objectif, c'est de jouer en NHL, je ne pense pas qu'ils viennent chercher un joueur de 24 ans pour le placer en AHL."

Cela ne signifie par pour autant que l'ailier est hermétique à un passage par la case club-ferme: "Ah non, ça fait partie du chemin. Beaucoup de joueurs ont de la peine avec ça. Je veux être au top et s'il faut passer par l'AHL, je le ferai sans souci. On ne va pas me dérouler le tapis rouge. Il faut mériter sa place."

Déterminé, Praplan n'envisage pas de signer un contrat en Suisse au cas où cela ne fonctionnerait pas en Amérique du nord. "On verra, conclut-il. Je pense que ça t'enlève de la bonne pression de savoir que tu as une option en Suisse qui t'attend." En cas d'échec, le Valaisan peut être cependant certain d'une chose, c'est de voir tous les managers du pays tenter de s'attacher ses services.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS