Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Dix-huit ans de prison requis contre l'infanticide de Berck-sur-Mer. L'avocat général Luc Frémiot a déclaré que cette peine devait être accompagnée d'"un suivi socio-judiciaire" (archive).

KEYSTONE/AP/THOMAS KIENZLE

(sda-ats)

Une mère a été reconnue coupable d'avoir assassiné sa fillette en l'abandonnant à marée montante sur une plage du nord de la France en 2013. Elle a été condamnée vendredi à 20 ans de réclusion criminelle.

"L'accusée est condamnée à 20 ans de prison pour assassinat", a déclaré la présidente du tribunal, Claire Le Bonnois, affirmant que la cour avait retenu l'altération du discernement.

Dix-huit ans de prison ferme avaient été requis par l'avocat général Luc Frémiot, qui avait fustigé "une planification froide" de son crime par l'accusée. Elle encourait la réclusion criminelle à perpétuité.

La Cour d'assises a également ordonné "un suivi psycho-judiciaire avec injonction de soins", a ajouté sa présidente Claire Le Bonnois.

Selon ses aveux, cette femme s'était rendue le 19 novembre 2013 de son domicile en région parisienne à Berck (nord), dans le but de noyer Adélaïde. Durant sa courte vie, cette petite fille n'aura pas eu d'existence légale, faute d'avoir été inscrite à l'état civil.

Le corps de la fillette avait été retrouvé le lendemain au petit matin par des pêcheurs.

ATS