Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Cinq salariés d'Air France ont été interpellés lundi matin. L'enquête judiciaire sur les violences qui ont perturbé, il y a une semaine, un Comité central d'entreprise (CEE) de la compagnie aérienne se poursuit.

Ces cinq hommes travaillent pour la branche Cargo d'Air France. Mais ils ne sont pas des élus syndicaux, selon une source policière confirmant une information d'Europe 1.

Ils ont été arrêtés "sans incident" vers 06h00 à leur domicile. Les salariés se trouvaient dans le Val-d'Oise, en Seine-et-Marne, dans les Yvelines et dans l'Aisne.

Dizaine de plaintes déposées

Plusieurs centaines d'employés avaient fait irruption lundi passé, en CCE et deux dirigeants d'Air France avaient été physiquement molestés, leurs chemises arrachées. Les images de l'affaire ont fait le tour du monde.

Au moins dix plaintes ont été déposées: celles de six vigiles et trois cadres de l'entreprise pour des "violences" et celle d'Air France pour "entrave au CCE" et "dégradations". Le parquet de Bobigny a ouvert une enquête, confiée à la police aux frontières, compétente en zone aéroportuaire.

Une enquête interne à la compagnie a également permis d'identifier une dizaine de salariés comme impliqués dans ces violences, assurait dès mercredi une source proche du dossier.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS