Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un supporter anglais est entre la vie et la mort après les violences qui ont éclaté sur le Vieux-Port de Marseille en marge d'Angleterre-Russie, l'un des matches à risques de l'Euro-2016 samedi soir.

Selon une source policière, le supporter a reçu vers 17h30 "des coups de barre de fer, vraisemblablement à la tête", et un CRS a tenté de le ranimer sur place avant qu'il ne soit évacué vers l'hôpital. Il a fait un malaise, a été ranimé, mais son pronostic vital est engagé, a complété le préfet de police Laurent Nunez.

Des journalistes de l'AFP ont vu un homme à terre, le visage tuméfié et ensanglanté, en train de subir un massage cardiaque de la part des forces de l'ordre.

Supporter frappé au sol par plusieurs autres, chaises de bars qui volent, projectiles lancés sur les forces de l'ordre, nuages de lacrymogènes: un nouveau seuil dans la violence a été franchi samedi sur le Vieux-Port de Marseille, avec une série de heurts entre supporters des deux camps et contre les forces de l'ordre. Les scènes de guérilla urbaine s'y succèdent crescendo depuis jeudi soir.

Ces nouveaux affrontement ont éclaté vers 16h00 alors qu'étaient rassemblées plusieurs centaines de supporters, souvent très alcoolisés.

Les marins-pompiers avaient dénombré vers 19h30, 13 blessés dans le centre de Marseille, dont un homme pris en charge en arrêt cardio-vasculaire.

Vers 20h00, à une heure du coup d'envoi du match, de nouveaux incidents ont éclaté près du stade Vélodrome.

L'UEFA, instance suprême du foot européen qui gère l'Euro-2016, a "fermement condamné" dans un communiqué les "incidents à Marseille", dénonçant "des actes de violences" de "gens qui n'ont rien à faire dans le football".

Pour garantir le bon déroulement de l'accès des supporters au Vélodrome, la préfecture de police avait prévu deux itinéraires différents pour Russes et Anglais afin d'"éviter tout trouble à l'ordre public". Mais impossible visiblement d'empêcher les bagarres autour des terrasses de café.

ATS