Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Etat du Nil Blanc, sur lequel se situe le camp de réfugiés, partage une frontière avec le Soudan du Sud (image symbolique).

GoogleMaps

(sda-ats)

Des violences ont éclaté jeudi et des incendies étaient allumés au Soudan dans le plus grand camp de réfugiés de Soudanais du sud. Le site abrite environ 50'000 personnes.

"Nous avons des informations sur des incidents et des incendies dans le camp de Khor Al Waral", a déclaré le chef de la police de l'Etat du Nil Blanc (centre), le général Eltieb Gourashi. Il a précisé que de hauts responsables de l'Etat étaient en route pour le camp afin d'évaluer la situation, et en comprendre les causes.

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR) a déclaré être "au courant des perturbations" dans le camp. "Nous sommes en contact avec les autorités à Khartoum et avons fait savoir que nous tenons à ce que tous les efforts soient faits pour s'assurer du maintien d'un environnement pacifique", a déclaré le HCR dans un communiqué.

"Nous appelons les leaders dans le camp et les autorités, ainsi que les autorités locales de la région, à refréner toute action qui pourrait enflammer encore plus la situation", poursuit le texte.

Plusieurs photos diffusées sur les réseaux sociaux montraient de l'épaisse fumée noire s'élevant du camp et certaines huttes brûlées. L'authenticité des photos n'a pu être confirmée dans l'immédiat.

Plus de trois ans

Environ 410'000 Soudanais du Sud sont arrivés au Soudan, fuyant la guerre civile qui déchire depuis plus de trois ans leur pays. Le conflit a fait des dizaines de milliers de morts et plus de 3,7 millions de déplacés.

Le Soudan du Sud a obtenu l'indépendance en 2011, mais a plongé en décembre 2013 dans une guerre civile amorcée par des combats entre des unités rivales de l'armée. Des antagonismes politico-ethniques alimentés par la rivalité entre le président Salva Kiir et son ancien vice-président Riek Machar ont de plus miné ce nouveau statut.

ATS