Toute l'actu en bref

La collecte d'informations supplémentaires des douanes américaines a commencé le 25 mai (archives).

KEYSTONE/EPA AFPI/JOYCE NALTCHAYAN

(sda-ats)

Les Etats-Unis exigent depuis quelques jours de demandeurs de visas des informations sur leur identité et leurs comptes sur les réseaux sociaux. Cette mesure découle d'un durcissement de la politique migratoire voulu par le président Donald Trump.

Un responsable américain a confié vendredi que ce resserrement des contrôles était en vigueur depuis le 25 mai et s'appliquait à tout demandeur de visa pour lequel un agent consulaire américain juge avoir besoin d'informations sur les comptes que ce demandeur possède sur les réseaux sociaux.

Il a toutefois estimé que seul "1% des plus de 13 millions de demandeurs annuels de visas dans le monde entier" pour les Etats-Unis serait affecté par ces nouvelles règles.

"Le département d'Etat a commencé à collecter des informations supplémentaires pour les demandeurs de visas du monde entier quand un officier consulaire estime qu'une telle information est nécessaire pour confirmer une identité", a expliqué le responsable américain.

Mémorandum de Trump

Dans ce cas de figure, "des demandeurs de visas devront fournir des informations supplémentaires, notamment leurs comptes sur les réseaux sociaux, les numéros de leurs anciens passeports, des informations supplémentaires sur les membres de leur famille et un historique plus long de leurs voyages, emplois et contacts", a-t-il détaillé.

Ces nouvelles procédures découlent d'un "mémorandum du président (américain Donald Trump) datant du 6 mars 2017 sur le renforcement des contrôles pour les demandes de visa", a poursuivi ce cadre du ministère des affaires étrangères.

Elles s'inscrivent dans le cadre d'une politique migratoire et de visas que le gouvernement de M. Trump entend durcir. Ainsi, l'exécutif américain a saisi jeudi soir la cour suprême afin qu'elle rétablisse son décret migratoire, dénoncé par ses détracteurs comme "antimusulman" et suspendu depuis fin mai par la justice.

ATS

 Toute l'actu en bref