Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une immense déception: tel était le sentiment qui pouvait envahir Vladimir Petkovic et ses joueurs quelques instants après le coup de sifflet final.

"Nous aurions dû provoquer davantage, regrette Vladimir Petkovic. Les deux buts concédés surviennent à des moments où nous étions très bien dans le jeu. Avec plus de rigueur, nous n'aurions pas dû les encaisser même si le 2-1 est le fruit d'une très belle action de la part des Belges."

Le sélectionneur ne veut pas crier au scandale sur l'intervention de Courtois dans les pieds de Gavranovic juste après le second but de Lukaku. "Je ne sais pas si l'arbitre devait siffler penalty sur cette action, dit-il. Je ne veux pas ouvrir un tel débat. Mais ce que je veux retenir, c'est que nous n'en avons pas fait assez pour forcer la chance."

Vladimir Petkovic se projette, bien sûr, déjà vers le match de lundi à Reykjavik. "Nous devons le gagner pour avoir encore une chance de devancer la Belgique. J'ai suivi à la télévision le match des Islandais contre la France jeudi soir. Ils ont tout de même tenu en échec les Champions du monde chez eux. Je m'attends donc à une tâche très ardue lundi. Il faut oublier le 6-0 du match aller. L'important sera de bien récupérer. Et j'espère bien que Manuel Akanji pourra cette fois jouer."

"Epargné" par son entraîneur à l'heure de l'analyse, Yann Sommer veut toutefois plaider coupable. Le gardien assume son erreur sur l'ouverture du score de Lukaku. "La balle me passe sous le bras. Je ne dois pas prendre ce but, avoue-t-il. C'est dommage de perdre ce match. Après l'égalisation, j'avais le sentiment que tenions bien cette partie." Le joueur de Mönchengladbach et ses coéquipiers ont seulement trois jours pour digérer ce match de Bruxelles qui ne peut leur laisser qu'une montagne de regrets.

Le plus dépité était ainsi peut-être le capitaine. "C'est toujours la même rengaine, déplore Granit Xhaka. Nous sommes vraiment capables de rivaliser avec les meilleures équipes du monde seulement nous commettons toujours une ou deux erreurs de trop. Ce soir, nous avons été courageux et nous avons bien tenu le ballon, mais à l'arrivée nous perdons. Il y a de quoi être amer et triste !"

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS