Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président russe Vladimir Poutine a commencé mardi à Pékin une visite de trois jours destinée à renforcer les liens entre la Russie et la Chine sur le plan économique comme diplomatique. Les entretiens doivent notamment permettre de renforcer la coopération dans le domaine énergétique.

Dans ce contexte, les deux pays ont finalisé la création d'un fonds d'investissement commun, doté de 4 milliards de dollars, lors d'une cérémonie de signature en présence des présidents des deux pays. Le fonds prévoit d'investir dans des domaines tels que l'agriculture, le transport et la transformation de bois.

Jusqu'à 70% des ressources du fonds seront investies en Russie et dans les pays de la Communauté des Etats Indépendants (CEI, ex-URSS moins les trois pays baltes et la Géorgie), et 30% en Chine.

Poutine reçu par Hu Jintao

M. Poutine a été reçu par son homologue chinois Hu Jintao. "Les intérêts de nos deux pays coïncident dans de nombreux domaines importants", s'est félicité le chef de l'Etat russe. "La coopération stratégique sino-russe est en train de franchir un nouveau palier. Continuons à travailler ensemble pour approfondir nos relations", a souhaité M. Poutine.

Le président russe doit participer mercredi et jeudi au sommet de l'Organisation de coopération de Shanghaï (OCS), une organisation censée faire contrepoids à l'influence américaine en Asie centrale. Il rencontrera à cette occasion son homologue iranien Mahmoud Ahmadinejad, alors que les tensions sur le programme nucléaire de Téhéran restent vives. M. Poutine aura aussi des discussions avec le président afghan Hamid Karzaï.

Gaz et pétrole

Sur le plan économique encore, la coopération entre les deux puissances se développe d'abord dans le domaine des hydrocarbures: la Russie est le premier producteur mondial de pétrole et la Chine le premier consommateur d'énergie.

Moscou et Pékin négocient depuis des années la signature d'un contrat qui prévoit des livraisons de gaz russe à la Chine de quelque 70 milliards de mètres cubes par an sur les trente prochaines années.

ATS