Navigation

Vodafone: revenus en baisse au 3e trimestre 2018/2019

Malgré le repli de ses ventes, Vodafone a souligné vendredi que son activité avait évolué en ligne avec ce qu'il escomptait et a maintenu ses prévisions pour l'ensemble de son exercice comptable qui sera bouclé le 31 mars (archives). KEYSTONE/EPA DPA/ROLF VENNENBERND sda-ats
Ce contenu a été publié le 25 janvier 2019 - 09:49
(Keystone-ATS)

Vodafone a vu ses revenus se tasser de 6,8% sur un an au troisième trimestre de son exercice 2018-2019. Le géant britannique des télécoms a attribué le repli à un changement de norme comptable, ainsi qu'à la vente d'activités au Qatar et l'impact des taux de changes.

Le groupe a toutefois souligné vendredi dans un communiqué que son activité avait évolué en ligne avec ce qu'il escomptait et maintenu ses prévisions pour l'ensemble de son exercice comptable qui sera bouclé le 31 mars. Il prévoit toujours une hausse de 3% de son bénéfice brut d'exploitation (Ebitda) ajusté.

Lors du trimestre écoulé (octobre à décembre), le chiffre d'affaires du groupe a baissé à 11,0 milliards d'euros (12,2 milliards de francs), contre 11,8 milliards l'an passé à la même époque. Les revenus se sont non seulement repliés en Europe où le géant génère presque les trois quarts de ses ventes, mais aussi ailleurs dans le monde.

Vodafone a attribué 400 des 800 millions d'euros de baisse de chiffre d'affaires à l'adoption de la norme comptable IFRS15 à compter de l'exercice en cours. Il a aussi mis en avant la cession de ses parts dans Vodafone Qatar (impact négatif de 100 millions d'euros sur le chiffre d'affaires), le deuxième opérateur du pays, à son partenaire local Qatar Foundation. Il a enfin blâmé des effets négatifs des taux de change (impact de 200 millions).

Sur le plan de son activité proprement dite, Vodafone s'est félicité d'une "amélioration des tendances" en Italie, d'une "robuste croissance des ventes aux consommateurs" en Allemagne et d'une "performance solide" en Grande-Bretagne. Pour le Royaume-Uni, le groupe a mis en avant l'accord annoncé cette semaine avec son concurrent O2 pour étendre à la 5G leur partenariat dans les réseaux.

La 5G, enjeu de taille

"Ceci va nous permettre de déployer la 5G à davantage de clients sur de plus amples zones géographiques, le tout à moindre coût", s'est félicité le directeur général de Vodafone, Nick Read. La mise en service commerciale de la nouvelle technologie 5G constitue un enjeu important pour les opérateurs et, au Royaume-Uni, Vodafone a décroché le lot de fréquences le plus important jusqu'à présent.

M. Read a aussi rappelé que Vodafone "cherchait des opportunités pour monétiser ses antennes-relais" au Royaume-Uni, c'est à dire à vendre ces actifs. Autre priorité stratégique rappelée par le dirigeant, Vodafone cherche à simplifier son organisation pour réduire ses coûts. Il a déjà annoncé le 10 janvier son intention de supprimer jusqu'à 1200 emplois en Espagne.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.