Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un fumigène allumé avait été jeté dans le véhicule, provoquant son incendie lors d'une manifestation à Paris en mai 2016 (archives).

KEYSTONE/EPA/YOAN VALAT

(sda-ats)

Un Suisse a été identifié comme principal suspect dans l'enquête sur l'attaque d'une voiture de police à Paris en mai 2016. Il ne s'est pas présenté à une convocation pour être inculpé, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Les enquêteurs considèrent que cet homme, un Suisse né en 1989, est celui qui a projeté un fumigène allumé dans le véhicule, provoquant son incendie, a expliqué une source judiciaire. Deux policiers, finalement sortis indemnes, se trouvaient à l'intérieur.

Il ne s'est pas présenté fin mars à une convocation en vue d'une inculpation. Cette personne vit en Suisse, selon une source proche de l'enquête.

Vive émotion

La violence de l'assaut avait provoqué une vive émotion. Les faits avaient eu lieu le 18 mai 2016 près de la place de la République, en marge d'un rassemblement de policiers inédit à l'appel de leurs syndicats contre la "haine anti-flics", sur fond de tensions récurrentes entre les manifestants hostiles à une loi réformant le code du travail et les forces de l'ordre.

Les vidéos de l'incident ont circulé sur internet. Elles montraient plusieurs personnes cagoulées cassant des vitres à coup de pied ou lançant des plots de circulation sur le véhicule, jusqu'à ce qu'un protagoniste projette un fumigène allumé par la vitre arrière brisée.

Huit personnes ont déjà été inculpées dans cette affaire, notamment pour tentative de meurtre contre des policiers. Trois sont toujours en détention provisoire.

ATS