Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plus de 100 personnes ont été inculpées à New York après le démantèlement d'un réseau international de fraudeurs à la carte bancaire. Les malfrats ont volé les données de milliers d'Américains et de touristes et fait perdre aux institutions concernées 13 millions de dollars.

C'est le réseau le plus important jamais démantelé aux Etats-Unis, a précisé le procureur du Queens. Parmi les 111 personnes inculpées, 86 sont emprisonnées et 25 toujours recherchées.

Avec les données bancaires volées, les malfaiteurs fabriquaient de fausses cartes de crédit et de fausses pièces d'identité. Ils s'en servaient ensuite pour payer des billets d'avion, de l'électronique, des bijoux, des sacs à main, ou même des chambres dans des hôtels 5 étoiles. Tous les objets achetés étaient ensuite revendus.

Ramifications

Le réseau avait des ramifications en Europe, en Asie, en Afrique et au Proche-Orient. Avec les fausses cartes bancaires, accompagnées parfois de faux permis de conduire fabriqués pour l'occasion, les fraudeurs louaient aussi des voitures de luxe, et l'un d'eux aurait même loué un avion privé.

L'enquête a permis de découvrir que chaque branche du réseau était dirigée par un "patron" qui recevait les données bancaires et les cartes bancaires vierges de l'étranger, Russie, Libye, Liban et Chine notamment.

Revendeurs

Ces "patrons" recevaient aussi des données obtenues illégalement sur Internet, et d'autres de complices travaillant dans des magasins ou des restaurants qui "copiaient" les données des cartes bancaires de certains acheteurs.

Les "patrons" envoyaient ensuite ces données à des "fabricants", qui, une fois les cartes terminées, les faisaient parvenir à des "chefs d'équipe" qui les transmettaient à des "acheteurs" répartis dans tous les Etats-Unis.

Les acheteurs dépensaient sans compter. Ils faisaient ensuite remonter les marchandises volées jusqu'au "patron", lequel faisait alors appel à d'autres complices pour les écouler à des revendeurs qui les cédaient à leur tour auprès du grand public.

ATS