Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des proches des passagers chinois à bord du vol MH370 ont manifesté vendredi à Pékin pour réclamer "la vérité" sur les recherches. De brèves échauffourées ont éclaté avec la police lorsque le cortège a tenté de prendre la direction de l'ambassade de Malaisie.

Les manifestants se sont rassemblés vendredi matin devant un immeuble de bureaux près de l'aéroport de Pékin dans l'espoir d'une rencontre avec des responsables du gouvernement malaisien, avant de se diriger vers l'ambassade.

"Le gouvernement malaisien a refusé d'envoyer quelqu'un pour nous parler. Je ne sais pas ce dont ils ont peur ou ce qu'ils essayent de cacher", lançait, exaspérée, Jiang Hui, dont la mère était à bord.

"Trouvez les passagers", pouvait-on entendre dans la manifestation, qui a rassemblé une cinquantaine de personnes, selon Reuters. On pouvait également lire sur des pancartes: "La Malaisie cache la vérité, la Malaisie retarde les recherches."

Certains manifestants ont souligné les divergences entre les versions malaisienne et française au sujet du débris d'aile découvert à la Réunion. Le gouvernement malaisien a assuré qu'il provenait bien de l'appareil recherché, tandis que la justice française s'est contentée d'évoquer de "fortes présomptions".

Aller sur place

Frustrés de n'avoir pu s'entretenir avec des officiels, ils ont exprimé leur colère et leur désir de se rendre désormais à la Réunion "pour y constater par (eux)-mêmes" la situation.

"Tous les membres des familles veulent y aller! La Malaisie est le pays responsable (en charge de l'enquête, ndlr), et c'est donc à eux de s'occuper des formalités nécessaires" pour ce voyage, a déclaré Hu Xiufang, qui comptait trois proches - dont son fils - à bord du MH370.

Le ministre malaisien des Transports, Liow Tiong Lai, a dit à Reuters comprendre le malaise des familles. "Ils sont inquiets et nous cherchons, nous aussi, des réponses", a-t-il déclaré.

On cherche au bon endroit

L'Australie, qui dirige les recherches, s'est déclarée persuadée de chercher au bon endroit. La découverte du fragment d'aile "semble bien montrer que l'avion s'est abîmé, plus ou moins là où l'on pensait qu'il était tombé, et cela montre pour la première fois que nous sommes peut-être un peu plus près de résoudre ce mystère déconcertant", a déclaré le Premier ministre Tony Abbott.

Le porte-parole du vice-Premier ministre australien a en revanche estimé que les nouveaux débris trouvés à la Réunion ne proviennent vraisemblablement pas du vol MH370. Le gouvernement malaisien avait annoncé jeudi que de nouveaux fragments d'avion avaient été retrouvés sur l'île, notamment un hublot et une plaque d'aluminium.

La France, qui participe à l'enquête aux côtés notamment de la Malaisie et de l'Australie, a annoncé jeudi qu'elle allait déployer de nouveaux moyens afin de poursuivre les recherches dans les alentours de la Réunion.

ATS