Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Volkswagen a enregistré un profit opérationnel supérieur aux attentes durant les six premiers mois de l'année (archives).

KEYSTONE/AP/MARKUS SCHREIBER

(sda-ats)

Le groupe automobile allemand Volkswagen a fait état de performances meilleures qu'attendu au premier semestre et ce malgré de nouvelles provisions liées au scandale des moteurs truqués.

Vers midi, l'action du groupe de Wolfsburg (nord) s'envolait à la Bourse de Francfort de 5,80%, à 123,30 euros. Le mastodonte aux douze marques a annoncé mercredi avoir dégagé un bénéfice d'exploitation en repli de 22%, à 5,3 milliards d'euros (5,8 milliards de francs), selon un communiqué.

Sur cette période, Volkswagen a passé une provision de 2,2 milliards d'euros, "en grande partie liée à de nouveaux risques juridiques survenus principalement en Amérique du Nord", explique le constructeur.

Sans tenir compte de ces coûts exceptionnels, le bénéfice d'exploitation ressort toutefois à 7,5 milliards d'euros, nettement meilleur qu'attendu par les investisseurs et supérieur aux 6,99 milliards affichés l'an dernier à la même période.

Volkswagen justifie cette performance par "l'amélioration des résultats de la marque Volkswagen au deuxième trimestre, notamment en comparaison d'un premier trimestre faible", à la faveur d'une embellie sur le marché européen de l'automobile ainsi qu'aux effets de son programme de restructuration.

Objectifs confirmés

Le groupe a ainsi confirmé ses objectifs pour l'année, à savoir une marge opérationnelle, mesure de sa rentabilité, comprise entre 5 et 6%, et sur un repli jusqu'à 5% de son chiffre d'affaires.

Volkswagen avait avoué en septembre 2015 avoir truqué au total 11 millions de voitures sur le globe afin de les faire passer pour moins polluantes qu'elles ne l'étaient vraiment lors de contrôles.

Visé par plusieurs enquêtes dans le monde, le groupe a dû essuyer en 2015 une perte nette de 1,6 milliard d'euros, la première depuis plus de vingt ans, sous l'effet des quelque 16 milliards d'euros mis de côté pour faire face aux suites du dieselgate.

Fin juin, Volkswagen a accepté de débourser 14,7 milliards de dollars pour régler le litige lié à ce scandale aux Etats-Unis. Selon des informations de presse ces derniers jours, le groupe pourrait se diriger vers une solution similaire au Canada.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS