Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS) cessera sa collaboration avec l'Office fédéral des migrations (ODM) dans le cadre des renvois forcés de requérants d'asile déboutés. En visite aux Pays-Bas, Simonetta Sommaruga doit discuter immigration avec son homologue néerlandais.

Comme prévu, le mandat de surveillance des vols spéciaux de la FEPS se terminera à la fin de l'année. Le contrat entre la FEPS et l'ODM a été conclu pour six mois, a rappelé mardi à l'ats Simon Weber, porte-parole de la FEPS, revenant sur une information de l'agence de presse Protestinfo reprise dans plusieurs médias.

Les Eglises protestantes tiennent à ce que les vols spéciaux respectent la loi et la dignité des requérants, a-t-il ajouté. "C'est pourquoi la FEPS a accepté le mandat de l'ODM".

Surveillance et médiation

Le mandat de la FEPS consistait à mettre sur pied la surveillance des vols spéciaux et à effectuer la médiation entre Confédération, cantons, police et organisations d'aide aux réfugiés. Il n'a pas encore été décidé qui prendra le relais en 2012, selon M. Weber.

Le projet-pilote sera évalué au début de l'an prochain. Ensuite seulement, une décision sera prise, a précisé le porte-parole de l'Office fédéral des migrations Michael Glauser.

De son côté, le secrétaire général de l'OSAR, Beat Meiner, craint, avec ce calendrier, le scénario d'une lacune entre la fin de la phase-pilote et le début de la solution définitive, alors que "la Suisse a l'obligation de surveiller les vols".

Nouvelles lois

A La Haye, le ministre de l'immigration et de la politique d'asile Gerd Leers et la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga ont plus particulièrement évoqué la nouvelle procédure d'asile qui est entrée en vigueur aux Pays-Bas le 1er juillet 2010, a indiqué le Département fédéral de justice et police (DFJP) dans un communiqué.

Ce projet a pour but de permettre le traitement d'une grande partie des demandes d'asile en l'espace de 120 jours.

La conseillère fédérale a, de son côté, exposé les projets de révision de la loi sur l'asile et de la loi sur les étrangers qui sont en cours en Suisse.

ATS