Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A Genève, les organisateurs de manifestations seront soumis à des conditions plus strictes. Le peuple a accepté dimanche de durcir la loi afin de limiter les risques de débordements. Il a aussi approuvé le retour du mercredi matin à l'école. Le taux de participation s'est élevé à 53,8%.

La modification législative a été acceptée par 53,9% des voix. Ce tour de vis a été initié par les libéraux après les dégâts causés au centre-ville de Genève par des casseurs lors d'une manifestation anti-OMC en 2009. L'auteur du projet de loi est Olivier Jornot, ex-député et futur procureur général.

Les nouvelles mesures exigent la désignation d'une personne de contact lors de l'organisation d'une manifestation et la mise en place d'un service d'ordre. La police peut aussi imposer un itinéraire en fonction des risques ainsi que procéder à des contrôles préventifs.

Recours au Tribunal fédéral

En cas de débordements, et même s'il n'en est pas responsable, l'organisateur risque jusqu'à 100'000 francs d'amende et peut se voir refuser toute nouvelle autorisation pendant un à cinq ans. La gauche, les syndicats et 36 organisations et associations ont lancé le référendum.

Le comité unitaire "Non à la loi contre les manifestations" a confirmé dimanche qu'il déposerait un recours au Tribunal fédéral contre l'entrée en vigueur de la loi. Les opposants estiment que les nouvelles dispositions violent les libertés d'expression et de réunion.

L'école mercredi matin

Les Genevois se prononçaient aussi dimanche sur le retour du mercredi matin en classe pour les élèves de 8 à 11 ans. Cette réforme a été plébiscitée par 65% des votants. Un résultat qui sonne la fin d'une exception genevoise, les écoliers du bout du lac étant les seuls à ne se rendre en classe que quatre jours par semaine.

Le nouvel horaire qui entrera en vigueur à la rentrée 2014 permettra notamment d'introduire l'anglais dès la 7e primaire, comme l'impose le Plan d'étude romand. Il est prévu de créer 120 postes d'enseignants pour cette matinée supplémentaire. Les coûts de la réforme s'élèvent à 20 millions de francs.

ATS