Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au lendemain des votations fédérales, la presse romande est partagée sur le sujet de l'assurance-maladie: certains titres saluent le rejet du peuple, d'autres se demandent: "oui, mais après?" L'échec de l'initiative de l'ASIN est généralement apprécié, celui de l'épargne-logement ignoré.

"Les Suisses ont moins rejeté l'idée des réseaux de soins qu'une révision maladroite et confuse de la loi sur l'assurance-maladie", estime lundi le "Quotidien jurassien" (QJ). Le texte "contenait des zones d'ombre et des promesses invérifiables qui ont instillé le doute dans les esprits, et "les divisions au sein du corps médical ont achevé ce souffreteux projet", ajoute le journal.

Les Suisses "ont fait preuve de beaucoup de clairvoyance. Ils ont rejeté un projet qui n'avait de "managed care" que le nom mais qui cachait en réalité une réforme économique", assurent "24 Heures"/"La Tribune de Genève".

"Gifle retentissante"

Pour "Le Courrier", si "la gifle était attendue, elle est encore plus retentissante que prévu". "C'est une approche purement économique et affairiste qui est balayée", le "managed care" visant "à rendre les patients encore plus captifs des caisses maladie", assène le journal.

"La "Liberté" craint qu'"après une telle déflagration, (il soit) difficile d'espérer sauver quoi que ce soit de la modification de la Loi sur l'assurance-maladie" (LAMal) .

"En dynamitant les réseaux de soins intégrés, le peuple a confirmé hier sa profonde allergie aux réformes sanitaires", constate le quotidien fribourgeois, avant de remarquer que "les problèmes demeurent entiers".

"Plat" de l'ASIN renvoyé

Quant à l'initiative de l'ASIN, qui voulait faire voter le peuple en matière de traités internationaux, "le corps électoral ne s'est pas laissé abuser", se réjouit le QJ. "Dans une unanimité étonnante et réjouissante, le peuple a renvoyé ce plat politiquement empoisonné dans la cuisine des nationalistes helvétiques, qui font de moins en moins recette, grince le journal.

"La Liberté" n'est pas tendre non plus: "pour sa première initiative populaire, l'ASIN a bu le calice jusqu'à la lie.

ATS