Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Neuchâtel - Le syndicat Unia compte réunir l'ensemble des employés de Voumard Machines, menacés de licenciement, en début de semaine prochaine. Le but est de recueillir les propositions des collaborateurs pour éviter la fermeture de l'entreprise neuchâteloise de machines-outils.
"Nous sommes encore dans l'expectative, car les travailleurs rentrent au compte-goutte des vacances", a expliqué mardi à l'ATS Pascal Crespin, responsable de l'industrie chez Unia Neuchâtel. Les négociations avec la direction de l'entreprise sise à Hauterive (NE) devraient prendre leur envol "dans la foulée" de la réunion organisée par le syndicat.
L'annonce du licenciement de 94 collaborateurs était intervenue le 9 juillet, à la veille de nombreux départs en vacances. Propriétaire de Voumard, la firme allemande Peter Wolters, contrôlée par le groupe financier américain Novellus Systems, avait alors donné un mois aux employés pour mettre des propositions sur la table des négociations.
"Sans une mobilisation massive dans le canton de Neuchâtel, qui a été très durement touché par la crise, nous n'obtiendrons rien", a estimé Pascal Crespin. L'évocation d'un plan social a déjà suscité une réponse "plutôt négative" de la part de la direction de l'entreprise déficitaire.
Reste l'hypothèse d'une reprise par la famille historique Voumard, qui avait vendu son entreprise en 2005, mais qui ne souhaite pas s'impliquer seule. "Nous craignons une délocalisation de ce riche savoir-faire industriel en cas de cessation des activités", a ajouté le syndicaliste.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS