Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le teint pâle mais souriants, les six volontaires de la mission Mars500 sont sortis vendredi de leur capsule après 520 jours d'enfermement volontaire. Cette expérience, simulant un voyage sur Mars, était destinée à tester l'aptitude des hommes à résister à l'isolement lors d'un voyage vers la planète rouge.

Un ingénieur a levé les scellés de la porte et les six astronautes - les Russes Soukhrob Kamolov, Alexeï Sitev et Alexandre Smoleevski, le Chinois Wang Yu, le Français Romain Charles et l'Italo-Colombien Diego Urbina, - sont sortis du vaisseau, après y avoir passé 17 mois. "Nous avons vécu le plus long isolement jamais réalisé" a déclaré Diego Urbina.

L'expérience, qui a commencé le 3 juin 2010 à l'Institut russe des problèmes médicaux-biologiques (IMBP) à Moscou, a duré 520 jours, afin de simuler près de 250 jours de voyage aller - le temps nécessaire pour rejoindre Mars - un mois d'expérience en février sur la Planète rouge et le voyage de retour vers la Terre.

Questions centrales

Ce projet, d'un coût de quinze millions de dollars vise à répondre à une des questions centrales de l'aventure spatiale: peut-on rester sain et en bonne santé durant les six mois nécessaires à une fusée pour atteindre la Planète rouge ?

Un des objectifs de cette mission était de recréer les conditions de tension psychologique d'une vraie mission sur Mars. Les psychologues veulent à présent découvrir les conséquences du retour à la vie normale pour les six "cobayes", après un si long isolement. Les astronautes seront placés en quarantaine pendant quatre jours pour effectuer des examens médicaux.

Mêmes conditions

Durant ces 520 jours, les six membres d'équipage ont été soumis à des rations semblables à celles de vrais astronautes et se sont rarement douchés. Ils ont recueilli des échantillons d'urine et de sang.

Une première expérience similaire réalisée en 2000 s'était soldée par un fiasco. Deux participants, qui avaient forcé sur la bouteille, en étaient venus aux mains. Un troisième avait tenté d'embrasser de force une femme de l'équipage. Lors de cette mission, l'équipage était exclusivement masculin.

ATS