Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Wall Street a terminé la dernière séance du troisième trimestre en nette hausse, grâce à des rachats à bon compte sur des valeurs qui avaient récemment souffert. Mais l'indice Standard & Poor's 500 accuse sa plus mauvaise performance trimestrielle depuis 2011.

Le trimestre aura été marqué par une très forte volatilité en raison des craintes suscitées par le ralentissement de la croissance en Chine. Pour ne rien arranger, la Réserve fédérale a alimenté l'incertitude en observant le statu quo sur ses taux directeurs ce mois-ci. Les investisseurs auront à coeur d'oublier ces trois mois pour se tourner vers les résultats de sociétés trimestriels, qui commenceront à tomber dès la semaine prochaine.

Les récents remous qui ont agité la cote ont obligé nombre de stratèges à sabrer leurs prévisions pour l'année. Pour autant une enquête Reuters montre que l'indice S&P-500 terminerait l'année 11% plus haut que sa position actuelle.

L'indice Dow Jones a gagné 235,57 points (1,47%) à 16'284,70 points. Le S&P-500, plus large, a pris 35,94 points (1,91%) à 1920,03. Le Nasdaq Composite a avancé de 102,84 points (2,28%) à 4620,17. Sur l'ensemble du mois, le Dow a perdu 1,5%, le S&P-500 2,6% et le Nasdaq 3,3%. Sur la totalité du trimestre, le Dow a cédé 7,6%, le S&P-500 6,9% et le Nasdaq 7,4%.

ATS