Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Wall Street a fini en hausse mardi, tirée par une remontée des cours du pétrole bénéficiant au secteur de l'énergie et aux banques, permettant d'ignorer le pessimisme du Fonds monétaire international. Le Dow Jones a gagné 0,94% et le Nasdaq 0,80%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a progressé de 164,84 points à 17'721,25 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 38,69 points à 4872,09 points, de grandes valeurs ayant permis de faire oublier un accès de faiblesse en début de séance.

Le S&P 500, un indice élargi que de nombreux investisseurs jugent le plus représentatif, a gagné 19,63 points, soit 0,97%, à 2061,72 points.

Avec le prix du pétrole au plus haut depuis le début de l'année, porté par l'espoir que les grands pays producteurs s'accordent dimanche sur un moyen de maîtriser la surabondance de l'offre, "tout ce qui est lié au secteur de l'énergie a eu une bonne journée", a souligné Michael James, chez Wedbush Securities.

Prudence

Cette embellie profitait également au secteur financier, alors qu'en début d'année les valeurs bancaires avaient souffert de la crainte que se multiplient les défauts de paiement parmi les producteurs pétroliers et leurs fournisseurs.

Juste avant que les grandes banques commencent à publier leurs résultats trimestriels, à partir de mercredi, "les gens se disent, 'hum, après tout peut-être que les cours des banques vont monter même si les taux d'intérêt bas'" grèvent leurs revenus, a expliqué M. James.

Mais une certaine prudence perdurait: avec les résultats trimestriels à venir, "le marché va beaucoup réagir valeur par valeur, si les nouvelles ne sont pas bonnes, personne ne voudra (de certaines entreprises) dans ses livres de comptes", a prévenu Mace Blicksilver, chez Marblehead Asset Management.

"Nous sommes revenus de tellement loin depuis (le plancher atteint en) février, que personne ne veut vraiment débourser de l'argent en s'attendant à toucher de nouveaux sommets", a-t-il dit.

ATS