Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse de New York a clos en baisse. (archives)

KEYSTONE/AP/RICHARD DREW

(sda-ats)

Wall Street a légèrement baissé mercredi, indifférente au maintien largement anticipé par la Réserve fédérale (Fed) de sa politique accommodante et prête à se retourner vers les risques de Brexit. Le Dow Jones a perdu 0,20% et le Nasdaq 0,18%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a cédé 34,65 points à 17'640,17 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 8,62 points à 4834,93 points. L'indice élargi S&P 500 a reculé de 3,82 points, soit 0,18%, à 2.071,50 points.

"On n'a pas assisté à une grosse réaction après le communiqué de la Fed", pourtant l'événement économique majeur de la journée, a reconnu Michael James, de Wedbush Securities.

La Fed s'est abstenue de relever ses taux, ce qui est a priori une bonne nouvelle pour les investisseurs, mais cette décision était déjà largement anticipée et les indices ont même plongé dans le rouge lors des dernières minutes d'échanges, d'autant que la banque centrale a par ailleurs légèrement abaissé ses prévisions de croissance.

"Cela n'avait rien d'étonnant que les taux ne soient pas relevés", a estimé M. James, rappelant notamment que les derniers chiffres mensuels sur l'emploi américain s'étaient révélés très décevants.

"Vu le communiqué d'aujourd'hui et ses nouvelles prévisions, la Fed s'est laissé toutes les possibilités, y compris une hausse des taux en juillet", a prévenu dans une note Harm Bandholz, d'Unicredit. "On peut donc en rester à l'idée qu'il y aura deux hausses de taux d'ici la fin 2016 - même s'il faut reconnaître qu'une minorité non négligeable des membres du comité monétaire se prononcent désormais plutôt pour un seul relèvement".

ATS