Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Nasdaq avait déjà dépassé les 6000 points la semaine passée et il atteint un nouveau record à 6091,60 points lundi (archives).

KEYSTONE/AP/MARK LENNIHAN

(sda-ats)

Wall Street a terminé sans franche tendance lundi. Son optimisme résiste à des indicateurs en demi-teinte et à des déclarations du président américain Donald Trump sur les banques: le Dow Jones a concédé 0,13% et le Nasdaq (+0,73%) s'est offert un record.

Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a reculé de 27,05 points à 20'913,46 alors que le Nasdaq, à dominante technologique, a progressé de 44,00 points à 6091,60 points, du jamais vu. L'indice élargi S&P 500 a avancé de 4,13 points, soit 0,17%, à 2388,33 points.

En cours de séance, la solidité de Wall Street a été testée par Donald Trump: il a affirmé dans un entretien à Bloomberg "considérer" un démantèlement des grandes banques et un rétablissement des dispositions de la législation dite "Glass-Steagall". Celle-ci a séparé les activités de banque de dépôt et d'investissement aux Etats-Unis de 1933 à 1999.

Cela a provoqué un repli très ponctuel des indices avant qu'ils ne se reprennent, les banques du Dow Jones, Goldman Sachs (+0,47% à 224,85 dollars) et JPMorgan (+0,07% à 87,06 dollars) parvenant même à finir dans le vert, il est vrai aidées par une remontée des rendements obligataires.

Vers 22h20 GMT, le rendement des bons du Trésor à 10 ans montait à 2,321% contre 2,286% vendredi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,005% contre 2,958% précédemment. Le marché obligataire reculait donc.

Les publications pour le premier trimestre vont se poursuivre cette semaine avec notamment les géants des nouvelles technologies Facebook (+1,47% à 152,46 dollars) et Apple, (+2,05% à 146,60 dollars). Ces titres ont terminé à des records lundi.

"Les investisseurs sont optimistes parce que le Congrès a accepté de laisser le gouvernement fonctionner, évitant une paralysie budgétaire", a ajouté Sam Stovall. Les leaders du Congrès américain sont parvenus à un accord garantissant le financement de l'Etat fédéral jusqu'à fin septembre, accord que les parlementaires ont jusqu'à vendredi pour voter.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS