Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse de New York a fini en baisse de quelque 0,5% mercredi. Elle a ainsi accusé sa deuxième séance de recul d'affilée, sous le coup de résultats jugés décevants de grands noms de la technologie, dont Apple, première capitalisation boursière mondiale.

L'indice Dow Jones a cédé 0,38%, soit 68,25 points, à 17'851,04. Avec ce nouveau recul, l'indice phare de Wall Street a quasiment effacé tous ses gains depuis le début de l'année.

Le S&P-500, plus large, a perdu 5,06 points, soit 0,24%, à 2114,15. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 36,35 points (-0,7%) à 5171,77. Le S&P 500 conserve encore une progression de 2,7% depuis le début de l'année et le Nasdaq une hausse de plus de 9%.

Le titre Apple a perdu 4,29% à 125,14 dollars après que le fabricant d'iPhone a annoncé mardi une prévision de chiffre d'affaires pour le trimestre en cours en deçà des attentes. La seule baisse d'Apple a pesé pour environ un tiers dans le recul du Dow Jones.

Toujours dans le secteur technologique, l'action Microsoft a cédé 3,74% à 45,51 dollars à la suite de l'annonce par l'éditeur de logiciels d'une perte nette trimestrielle de 3,2 milliards de dollars, imputable à des charges liées à l'achat des combinés mobiles de Nokia, à une réduction des effectifs, ainsi qu'à une demande poussive pour son système d'exploitation Windows.

Yahoo à la baisse

Le titre Yahoo a perdu 1,23% à 39,24 dollars après que le portail internet a publié un bénéfice inférieur au consensus en raison d'une hausse des dépenses faites pour attirer l'internaute sur ses sites face à Google et Facebook.

L'indice sectoriel S&P regroupant les valeurs technologiques a accusé la plus forte baisse du jour avec une perte de 1,64%.

Alors que les grands indices américains restent près de leurs niveaux record, les résultats du deuxième trimestre des sociétés du S&P 500 devraient accuser une baisse de 1,9%, selon les données de Thomson Reuters, en net retrait par rapport à la hausse de 5,9% qui était attendue en moyenne au 1er janvier.

ATS