Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse de New York poursuit sa "dynamique haussière" observée depuis plusieurs semaines.

KEYSTONE/EPA/JUSTIN LANE

(sda-ats)

Soutenue par des résultats d'entreprises de bonne tenue, la Bourse de New York a terminé dans le vert mardi. En hausse de 0,33%, le Dow Jones a frôlé le seuil des 22'000 points, alors que le Nasdaq a gagné 0,23%.

L'indice vedette Dow Jones Industrial Average a progressé de 72,80 points à 21'963,92 points et le Nasdaq, à forte coloration technologique, de 14,82 points à 6362,94 points. L'indice élargi S&P 500 a pris 6,05 points (0,24%), à 2476,35 points.

"C'est la poursuite de la dynamique haussière" observée depuis plusieurs semaines, selon Karl Haeling de LBBW. Selon lui, la principale raison se trouve dans "les bons résultats d'entreprises" au deuxième trimestre, avec en particulier une nette croissance des ventes.

D'après le cabinet FactSet, plus de la moitié des sociétés du S&P 500 avaient dévoilé leurs chiffres vendredi et 73% d'entre elles avaient dépassé les prévisions en termes de chiffres d'affaires, contre 56% en moyenne sur les quatre derniers trimestres.

Eléments porteurs

Le marché a plus largement profité d'un faisceau d'éléments porteurs selon Patrick O'Hare de Briefing, à commencer par le fait que le premier jour du mois "amène souvent de nouveaux flux de capitaux". La nette accélération de l'activité manufacturière en Chine en juillet et la hausse de 0,6% de la croissance au deuxième trimestre en zone euro ont aussi alimenté la montée des indices.

Du côté des indicateurs américains, les revenus des ménages aux Etats-Unis ont stagné en juin tandis que les dépenses ont à peine augmenté selon le département du Commerce.

L'inflation sur un an aux Etats-Unis s'est affaiblie d'un dixième de point en juin pour tomber à son niveau le plus faible en neuf mois selon l'indice des prix basé sur les dépenses de consommation. Mais, souligne Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services, "si on se concentre sur le long terme, les fondamentaux restent bons. Sur un an le revenu a par exemple augmenté de 2,6%, soit plus que l'inflation".

ATS