Toute l'actu en bref

Wall Street a stagné mardi, sans moteur mais résistant au désordre à Washington (archives).

KEYSTONE/AP/RICHARD DREW

(sda-ats)

Wall Street a stagné mardi, sans moteur mais résistant au désordre à Washington au moment où le président américain Donald Trump est accusé de s'être montré trop bavard avec Moscou. Le Dow Jones a perdu 0,01% et le Nasdaq a pris 0,33%.

Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a reculé de 2,19 points à 20'979,75 points et le Nasdaq, à dominante technologique, a avancé de 20,20 points à 6.169,87 points, finissant sur un record pour la deuxième séance consécutive. L'indice élargi S&P 500 a cédé 1,65 point, soit 0,07%, à 2400,67 points.

"Le marché semble imperméable à tout type d'information venant de Washington", a commenté Art Hogan de Wunderlich Securities.

Face au tollé provoqué par des informations de presse accusant Donald Trump d'avoir pu compromettre une source en livrant des renseignements sensibles au chef de la diplomatie russe, la Maison Blanche s'est défendue mardi d'avoir compromis la sécurité nationale.

La Bourse a réussi à résister à cette situation politique en restant autour de niveaux historiquement élevés à la fin d'une saison des résultats trimestriels qui a montré une nette progression des bénéfices des entreprises du S&P 500.

Pour Chris Low de FTN Financial le marché a toutefois basculé dans "l'attentisme".

"Les investisseurs sont inquiets de la capacité du Congrès de faire quoi que ce soit dans ce contexte de plus en plus fou à Washington", a-t-il expliqué.

Tant au niveau de indicateurs que des résultats du jour, facteurs positifs et négatifs se sont menés une "lutte acharnée" l'expression de Chris Low.

Ainsi la production industrielle a nettement progressé en avril aux Etats-Unis mais les mises en chantiers de logements au même mois se sont montrées décevantes.

Contrairement à la veille, Wall Street n'a pas pu profiter du dynamisme du pétrole qui a un peu reculé mardi, les investisseurs cherchant à anticiper l'ampleur de la prolongation des plafonds de production que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires pourraient acter lors d'un sommet le 25 mai.

ATS

 Toute l'actu en bref