Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Warren Barguil (Sunweb) s'est adjugé la 18e étape du Tour de France entre Briançon et le Col d'Izoard sur 179,5 km. Le maillot jaune est toujours sur les épaules de Chris Froome (Sky).

Pour les attaquants, cette 18e étape représentait l'ultime occasion de tenter de faire vaciller le maillot jaune Chris Froome. Les principales difficultés étaient massées dans les 60 derniers kilomètres avec le Col de Vars (1re catégorie) avec ses 9,3 km à 7,5% et surtout l'arrivée au sommet du Col d'Izoard, l'un des géants du Tour de France. La pente, relativement roulante sur les six premiers kilomètres avec du 5-6%, se cabre sur les huit derniers avec du 9-10% pour culminer à 2360 m d'altitude. Le Français Warren Barguil a assuré avec panache son maillot de meilleur grimpeur en coupant la ligne le premier au sommet devant Darwin Atapuma, Romain Bardet et Chris Froome pour signer son deuxième succès après celui obtenu à Foix le 14 juillet. Le Morbihannais succédera dimanche au Polonais Rafal Majka au palmarès du maillot à pois.

"Je me suis remémoré le Tour de Suisse où j'avais été battu par Atapuma, a expliqué le Français au micro de France 2. Quand je suis revenu sur lui, il fallait que je le passe. Les favoris se sont neutralisés derrière et j'ai pu conserver mon avance. Après beaucoup de malchance, la roue tourne. J'ai vraiment passé des mauvais moments. Là je suis à mon meilleur niveau. Je ne suis pas comme Contador ou Quintana qui ont gagné des Grands Tours, mais j'ai prouvé que je n'étais pas un cycliste lambda. Je suis arrivé frais et je pense que je vais refaire cette préparation pour l'an prochain."

La lutte pour le maillot jaune a fait rage derrière Barguil. L'équipe AG2R, avec Mathias Frank, a durci la course dès les premiers lacets de l'Izoard. Romain Bardet, sa troisième place et ses 27 secondes de retard sur le leader du Tour ne pouvaient pas rester les bras croisés. Boosté par les encouragements du président de la République Emmanuel Macron la veille, le Brivadois a fait rouler ses hommes avec l'espoir d'écrémer le peloton des favoris et surtout le train de la Sky. Malheureusement pour la formation tricolore, la Sky est apparue indéboulonnable grâce à des lieutenants exceptionnels comme Michal Kwiatkowski et Mikel Landa. Froome s'est même permis de placer une petite banderille, comme pour montrer à Bardet et Uran qu'il ne serait pas battu. Au final, Bardet à grappillé quatre secondes de bonifications sur Froome pour passer deuxième à 23 secondes du Britannique. Le contre-la-montre de samedi à Marseille sera le dernier juge de paix de ce Tour 2017 avec un immense avantage à Chris Froome, plus que jamais favori à sa propre succession et à un quatrième Tour de France à son palmarès.

Vendredi, le peloton filera plus au sud en partant d'Embrun au bord du lac de Serre-Ponçon pour rallier Salon-de-Provence sur 222,5 km. L'étape ne comporte pas de grosses difficultés avec trois ascensions de 3e catégorie, mais il s'agit de la plus longue étape du Tour alors que l'arrivée est prévue pour dimanche à Paris. Les sprinters qui restent vont-ils se tirer la bourre sur la ligne? Le maillot vert Michael Matthews a-t-il encore la force de se payer une troisième victoire sur cette Grande Boucle?

ATS