Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Rex Tillerson a été longuement applaudi par le personnel du département d'Etat.

KEYSTONE/AP/SUSAN WALSH

(sda-ats)

Le secrétaire d'Etat américain sortant Rex Tillerson, limogé sans ménagement la semaine dernière par le président américain Donald Trump, a fait ses adieux jeudi à Washington, ville "mal intentionnée". Il a été longuement applaudi par le personnel de son département.

Comme dans sa déclaration à la presse du 13 mars, jour de son éviction par un simple tweet présidentiel, le futur ex-chef de la diplomatie américaine n'a pas eu un seul mot pour le président des Etats-Unis dans son discours.

"Je voudrais demander à chacun de vous d'avoir un geste de gentillesse chaque jour envers quelqu'un d'autre. Nous sommes dans une ville qui peut être très mal intentionnée", a-t-il lancé, interrompu par des rires et des applaudissements. "Mais vous n'êtes pas forcés de participer à cet état d'esprit", a-t-il ajouté, l'émotion dans la voix.

Départ pour le Texas

L'ex-directeur du géant pétrolier ExxonMobil, nouveau venu en politique, n'avait cessé de répéter, durant son année de mandat, qu'il était nouveau à Washington, comme pour mieux se démarquer du marigot politicien.

"Nous pouvons tous décider de qui nous voulons être, comment nous voulons être traités et comment nous voulons traiter les autres", a-t-il insisté, avant de quitter l'énorme bâtiment de Foggy Bottom, siège de la diplomatie américaine à Washington, pour regagner son Texas natal où il possède un ranch.

Rex Tillerson, 65 ans, reste techniquement secrétaire d'Etat jusqu'à la fin mars, mais il a délégué toute responsabilité publique et politique à son adjoint John Sullivan, en attendant la confirmation par le congrès de son successeur désigné par Donald Trump, le directeur de la CIA Mike Pompeo. Celle-ci n'interviendra pas avant avril.

Le président américain a invoqué des "désaccords" sur plusieurs dossiers, notamment l'accord sur le nucléaire iranien qu'il menace de quitter, pour justifier le départ de son secrétaire d'Etat. Ce dernier n'avait pourtant pas lésiné sur les éloges à l'égard de Donald Trump et de sa politique étrangère quand, à l'automne dernier, des médias avaient rapporté qu'il avait traité le président de "débile".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS