Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Etats-Unis ont accusé jeudi les rebelles pro-russes dans l'est de l'Ukraine de mener une campagne de "violence et de harcèlement" envers des observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) (archives).

KEYSTONE/EPA/ALEXANDER ERMOCHENKO

(sda-ats)

Les Etats-Unis ont accusé jeudi les rebelles pro-russes dans l'est de l'Ukraine de mener une campagne de "violence et de harcèlement". Et ce, envers des observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Washington "s'inquiète profondément" de la situation, a affirmé la porte-parole de la diplomatie américaine Heather Nauert. Elle estime que ces rebelles sont "dirigés par la Russie, financés par la Russie et entraînés par la Russie".

Un cessez-le-feu entre les forces du régime de Kiev et les séparatistes doit entrer en vigueur ce week-end, sous observation de l'OSCE. Mais plusieurs cessez-le-feu ont déjà volé en éclats et le gouvernement américain accuse les séparatistes, et par extension la Russie, d'intimider les observateurs afin de masquer la réalité du terrain.

Six cents observateurs

"Nous appelons la Russie à user de son influence pour mettre fin à cette campagne d'intimidation et à honorer son engagement pour assurer un accès libre, total et sécurisé aux observateurs de l'OSCE", a exhorté Mme Nauert.

Quelque 600 observateurs de l'OSCE sont chargés de contrôler le respect des accords de paix dans l'est de l'Ukraine, où plus de 10'000 personnes ont été tuées depuis le déclenchement du conflit en avril 2014.

Heather Nauert a notamment rappelé qu'un médecin américain avait été tué en avril par l'explosion d'une mine, ce qui avait forcé l'OSCE à limiter ses patrouilles dans la région.

ATS