Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les 560 nouveaux logements seront construits dans la colonie de Maale Adoumim, à l'est de Jérusalem (archives).

KEYSTONE/AP/BERNAT ARMANGUE

(sda-ats)

Le département d'Etat américain a critiqué mardi le projet d'Israël d'implanter 560 nouveaux logements dans une colonie de Cisjordanie. Ce serait une "nouvelle étape" dans une politique "systématique" d'expansion des colonies, estime-t-il.

Si ce projet était mené à bien, ce "serait la dernière étape en date de ce qui semble être un processus systématique d'expropriation de terrains, d'expansion de colonies, et de légalisation" d'implantations illégales en Cisjordanie, a déclaré John Kirby, porte-parole du département d'Etat, dans un point presse.

Ce processus "affaiblit les chances pour une solution (de paix) à deux Etats", a-t-il déclaré. "Nous nous opposons à ces mesures, dont nous pensons qu'elles sont contre-productives pour la paix en général", a-t-il dit.

Israël a approuvé 560 nouveaux logements dans une colonie de Cisjordanie. Cette décision risque d'exacerber encore le climat de tension à la suite d'une série d'attaques palestiniennes.

Ces constructions doivent voir le jour dans la colonie de Maale Adoumim, à l'est de Jérusalem. Créée en 1975, elle compte aujourd'hui plus de 37'000 habitants.

Quelque 570'000 colons vivent actuellement en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, dont les Palestiniens espèrent faire la capitale d'un futur Etat.

Ban Ki-moon "très déçu"

L'approbation israélienne a été annoncée lundi par la municipalité quelques jours après la publication par le Quartette international d'un rapport exhortant Israéliens et Palestiniens à renoncer respectivement à la colonisation et à la violence. Celles-ci minent selon lui les chances de paix.

"Israël doit mettre fin à sa politique de construction et de développement de colonies, d'affectation de terrains au seul usage israélien et de dénégation du développement palestinien", estiment dans ce rapport les Etats-Unis, la Russie, l'Union européenne et l'ONU, qui composent le Quartette.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a "vivement critiqué" lundi l'initiative israélienne et s'est déclaré "très déçu" qu'elle intervienne quatre jours seulement après l'appel du Quartette, a indiqué dans un communiqué son porte-parole Stéphane Dujarric.

Cette initiative "soulève de légitimes questions sur les intentions à long terme d'Israël, de même que les déclarations répétées de certains ministres israéliens appelant à l'annexion de la Cisjordanie", a ajouté le porte-parole.

La France a condamné la décision israélienne, estimant qu'"aucun développement sur le terrain ne saurait justifier ce type de mesures".

La communauté internationale considère comme illégale au regard du droit international la colonisation, c'est-à-dire la construction d'habitations civiles israéliennes sur les territoires palestiniens occupés ou annexés depuis 1967.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS