Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président américain Barack Obama et l'Union européenne ont fait un pas dimanche en direction de la levée des sanctions contre l'Iran. Téhéran a notifié à l'AIEA qu'il appliquera le Protocole additionnel au Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

La journée de dimanche marque la fin de la période de 90 jours suivant l'adoption par le Conseil de sécurité de l'ONU d'une résolution approuvant l'accord conclu le 14 juillet.

"Je vous demande par la présente de prendre toutes les mesures nécessaires pour faire entrer en vigueur les engagements américains à l'égard des sanctions", a déclaré M. Obama dans un document aux responsables concernés de son administration (diplomatie, Trésor, Commerce, Energie).

"L'UE a adopté aujourd'hui le cadre législatif pour lever toutes ses sanctions économiques et financières liées au nucléaire" iranien, indiquent de leur côté la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini et son homologue iranien Mohammad Javad Zarif dans un communiqué conjoint.

"Etape importante"

Il s'agit d'une nouvelle "étape importante qui nous rapproche du début de la mise en oeuvre de l'accord" de juillet, "envers lequel nous sommes fermement engagés", ont-ils ajouté. "L'Iran va maintenant commencer à mettre en oeuvre ses engagements en matière de nucléaire avec pour objectif de les remplir intégralement" avant que ces sanctions ne puissent être levées.

L'Iran va devoir commencer à démanteler une grande partie de son infrastructure nucléaire, un processus de plusieurs mois au terme duquel les sanctions occidentales pourront être effectivement suspendues.

Salué par Kerry

"Ce jour est important pour nous tous, et une première étape cruciale dans le processus engagé pour que le programme nucléaire iranien soit exclusivement pacifique", a pour sa part estimé le secrétaire d'Etat John Kerry dans un communiqué.

Washington souhaite montrer à Téhéran et ses partenaires sa résolution à remplir l'ensemble de ses engagements. "Aucune sanction n'est levée" dimanche, a dit un responsable américain.

La date de suspension effective des sanctions dépendra de la partie iranienne. "On n'imagine pas que cela prenne moins de deux mois", a dit un responsable américain.

Plusieurs milliards de dollars

Mais les Iraniens ont intérêt à faire vite afin de récupérer les dizaines de milliards de dollars de fonds gelés dans les banques étrangères et de redonner de l'air à une économie asphyxiée.

De son côté, Téhéran a notifié dimanche à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) qu'il appliquera le Protocole additionnel au Traité de non-prolifération nucléaire, a indiqué l'agence onusienne dans un communiqué.

Cette mesure, qui permet notamment la mise en oeuvre de contrôles renforcés par l'AIEA, est prévue par l'accord, conclu le 14 juillet avec les grandes puissances, visant à garantir la nature strictement pacifique du programme nucléaire de l'Iran, en échange d'une levée des sanctions internationales frappant le pays.

Téhéran résolu

Le directeur général de l'AIEA, Yukiya Amano, doit lui rendre le 15 décembre ses "conclusions finales" sur le respect par Téhéran de ses engagements et donner la cas échéant son feu vert formel à la mise en oeuvre de l'accord.

Le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Ali Akbar Salehi, a déclaré à la télévision d'Etat que l'Iran était prêt à respecter ses engagements. "Nous devons démanteler un certain nombre de centrifugeuses pour atteindre le chiffre d'environ 6000", a déclaré M. Salehi.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS