Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"C'était un rêve de pouvoir gagner un jour un titre en Suisse": Stan Wawrinka ne boudait pas son plaisir après avoir conquis son premier titre ATP sur sol helvétique samedi à Genève.

"Avec tout ce que j'ai vécu en Coupe Davis, j'en rêvais d'autant plus. Et ce tournoi de Genève me tient beaucoup à coeur. Il y a énormément d'émotions positives", a poursuivi le no 4 mondial. Est-ce avant tout une bonne chose de faite? "Je ne dirais pas ça comme cela. Je dirais plutôt +ça, c'est bon!", a-t-il lâché. "Il y avait une ambiance incroyable. Et avec un tel scénario dans la deuxième manche (réd: dans laquelle il a sauvé six balles de set), il y avait forcément beaucoup de pression", a expliqué le Vaudois. "Et c'est très positif d'avoir su m'imposer malgré la tension et la nervosité", s'est-il réjoui.

"C'est un peu comme si la machine était à nouveau en marche. J'ai su continuer à jouer mon jeu même quand tout ne fonctionnait pas comme je l'aurais souhaité", a expliqué un Stan Wawrinka très satisfait. Ne craint-il pas d'avoir dépensé trop d'énergie durant cette semaine? "Bien sûr qu'un match comme cette finale peut laisser des traces dans l'organisme, et que les matches disputés cette semaine m'ont coûté plus d'énergie qu'une semaine d'entraînement. Mais des ressources, j'en ai! Et j'ai aussi accumulé beaucoup de confiance ici. Cela me permettra peut-être d'évoluer de manière plus relâchée dans mon premier match à Paris", a-t-il espéré.

"Je voulais gagner un maximum de matches ici. J'en ai gagné quatre, et je suis allé au bout. Un titre, c'est énorme. Ce n'est que du positif", a poursuivi Stan Wawrinka, qui espérait gagner Paris samedi soir déjà afin de pouvoir s'y entraîner dès dimanche matin. "Ca va faire court jusqu'à mon premier match (réd: il affrontera Lukas Rosol lundi à Roland-Garros). Mais Rosol est plus ou moins dans la même situation (les deux hommes se sont affrontés vendredi à Genève). Et j'ai vu l'an dernier qu'il était bon pour moi de ne pas arriver trop tôt à Paris. On verra dans quelques jours si cela fonctionne à nouveau. Ou dans deux semaines", a-t-il glissé.

ATS