Toute l'actu en bref

Stan Wawrinka (ATP 3) a décroché un succès qui devrait lui faire le plus grand bien jeudi au Geneva Open. Le tenant du titre s'est hissé en demi-finale en battant Sam Querrey (ATP 26) 4-6 7-5 6-2.

Battu par Kei Nishikori à Brisbane puis par Roger Federer à l'Open d'Australie au stade des demi-finales, Stan Wawrinka n'a disputé jusqu'ici qu'une seule finale cette année, à Indian Wells où il a sorti Pablo Carreño Busta avant d'échouer face à Roger Federer en finale. Sa tâche s'annonce moins délicate vendredi (vers 16h) au Parc des Eaux-Vives face à Andrey Kuznetsov (ATP 85).

"Kuznetsov aime dicter l'échange, et cherche très vite le coup gagnant. Dans un bon jour, ça peut faire mal", a cependant souligné le Vaudois, qui avait battu le Russe lors de leur premier duel en 2016 à Indian Wells mais avait subi sa loi quelques jours plus tard à Miami lors du second.

Vainqueur sur abandon de Rogerio Dutra Silva (ATP 78) mercredi, Stan Wawrinka avait besoin d'un match accroché pour lancer la machine. Ce succès face au grand cogneur qu'est Sam Querrey (1m98) est bon pour la confiance. Même si le Vaudois (32 ans) a souffert de la jambe droite, multipliant les étirements dans un troisième set qu'il a pourtant nettement dominé. "Je me suis tordu le genou droit. J'ai ensuite ressenti une gêne. Mais ce n'est rien de grave", a-t-il assuré.

Stan Wawrinka a mis du temps avant de trouver le bon rythme jeudi sous le chaud soleil genevois. Déjà dominé à Rome par un grand serveur américain qui ne lui avait donné aucun rythme (John Isner), il semblait même au bord de la rupture lorsqu'il concédait son deuxième break de la journée dès le premier jeu du deuxième set. Mais il s'est accroché, et sa réaction fut même immédiate puisqu'il s'emparait à son tour de la mise en jeu adverse dans la foulée.

"On voit dans ce genre de matches que je recherche la confiance", a-t-il reconnu. "J'étais hésitant durant toute la première manche, où je me cherchais. J'ai commencé à mieux jouer quand j'ai simplifié les choses en essayant juste de le faire jouer. Tout s'est ensuite délié, dans mes jambes et dans mon jeu", a poursuivi Stan Wawrinka, qui a offert au bouillant public - on jouait comme la veille à guichets fermés - quelques revers gagnants dont il a le secret.

"Ce type de matches est important pour la confiance. Il me permet d'avancer et de me rapprocher de mon meilleur niveau. Peut-être que je ne jouerai pas encore mon meilleur tennis vendredi, peut-être que ce sera pour la semaine prochaine", a souligné le vainqueur de Roland-Garros 2015, qui n'a jamais songé à abandonner jeudi malgré cette gêne au genou droit: "Quand je suis dans un tournoi, j'y suis à 100%. Et je ne pense pas que je pourrais bien jouer la semaine prochaine à Roland-Garros si je laisse filer des matches ici. Il est important pour moi d'aller loin dans ce tournoi."

Tête de série no 2 du tableau, Kei Nishikori (ATP 9) s'est quant à lui imposé 2-6 6-4 7-6 (8/6) en 2h30' face au Sud-Africain Kevin Anderson (ATP 62). Le Japonais partira favori vendredi dès 14h face à l'étonnant Mischa Zverev (ATP 33), qui a dominé l'Américain Steve Johnson (ATP 26) 6-4 7-5 dans le premier quart de finale de la journée. Il n'a jamais affronté l'offensif gaucher allemand, qui jouera sa première demi-finale de l'année.

Perturbé ce printemps par une blessure à un poignet qui l'a contraint à renoncer au tournoi de Barcelone et à déclarer forfait avant son quart de finale à Madrid, Kei Nishikori a prouvé jeudi qu'il n'était pas venu au Parc des Eaux-Vives pour y admirer la vue. Invité à la dernière minute par les organisateurs, le finaliste de l'US Open 2014 a effacé trois balles de match consécutives à 4-5 0/40 sur son service dans la troisième manche.

Mischa Zverev (29 ans) ne regrette quant à lui pas d'avoir oublié de s'inscrire pour ce tournoi, où il a dû passer par les qualifications. Le frère aîné du no 10 mondial Alexander Zverev a enchaîné cinq victoires sur la terre battue genevoise, lui qui n'avait gagné qu'un seul match dans ses six premiers tournois de l'année disputés sur cette surface. Particulièrement efficace sur son service jeudi (13 points perdus), il devra évoluer dans le même registre pour espérer inquiéter le redoutable relanceur qu'est Kei Nishikori.

ATS

 Toute l'actu en bref