Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Stan Wawrinka a manqué son rendez-vous avec Novak Djokovic à Cincinnati. Il s'est incliné 6-4 6-1 en 63' face au Serbe en quart de finale du septième Masters 1000 de l'année.

Le no 5 mondial a pourtant réussi un bon début de match, menant logiquement 4-3 après un jeu de service gagné "blanc". Mais il a fini par payer cash son manque de réussite au service - 50 % de premières balles passées, dont 38% seulement dans le premier set - face à un Novak Djokovic très appliqué pour ses retrouvailles avec son "bourreau" de la dernière finale de Roland-Garros.

Contraint de prendre tous les risques, Stan Wawrinka a accumulé les fautes directes (33 au total) tout en réussissant "seulement" 17 coups gagnants. Il lâchait totalement prise après le neuvième jeu, qu'il offrait littéralement au Serbe en commettant trois fautes directes dont une double faute. Il concédait ainsi trois breaks consécutifs pour se retrouver mené 6-4 4-0. La messe était dite, et Novak Djokovic concluait la partie sur un ultime break en profitant d'un revers manqué par son adversaire.

Stan Wawrinka, qui n'a inscrit que 12 points sur le service du no 1 mondial, abordera donc l'US Open sans avoir disputé de véritable match-référence cet été sur les courts en dur nord-américains. Contraint à l'abandon la semaine dernière pour son entrée en lice à Montréal face à Nick Kyrgios en raison de douleurs au dos, il n'a fêté que deux succès en deux tournois de préparation, dont un convaincant jeudi face à Ivo Karlovic (ATP 21).

Le Vaudois n'a cependant aucune raison de paniquer. Il avait ainsi abordé l'US Open 2014 avec trois victoires à son compteur dans les deux mêmes tournois de préparation, ce qui ne l'avait pas empêché de se hisser en quart de finale à Flushing Meadows dans la foulée. Il lui reste une bonne semaine d'entraînement pour prendre définitivement ses marques avant la dernière levée du Grand Chelem de l'année.

ATS