Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Stan Wawrinka (no 5) figure pour la 20e fois de sa carrière en 8e de finale d'un tournoi du Grand Chelem.

Le Vaudois, qui affrontera lundi le gaucher américain Donald Young (ATP 68), a cependant semblé souffrir de l'épaule droite lors de son 3e tour remporté 6-3 7-6 (7/5) 6-4 face à Ruben Bemelmans (ATP 107). "Je me sens bien physiquement", a-t-il assuré en conférence de presse. Avec un large sourire qui en disait toutefois long.

"Est-ce qu'on peut vraiment dire que je suis dans le dur alors que je me suis imposé à chaque fois en trois sets?", se demandait-il. "Physiquement je suis bien, et tennistiquement aussi", répétait-il. "C'était probablement un problème de timing aujourd'hui (réd: samedi). Il n'y avait pas que le service qui ne fonctionnait pas comme je l'aurais souhaité", poursuivait Stan Wawrinka, qui n'a passé que 45% de premières balles et a terminé la partie avec autant de double fautes que d'aces (8).

"Je n'ai pas livré un grand match. Mais je sais que mon jeu est là. Il est toujours agréable de passer en trois sets. C'est un bon signe", expliquait encore le champion de Roland-Garros. "Il y a encore deux ans de cela, j'aurais beaucoup plus souffert pour remporter ce genre de match. On est dans un Grand Chelem. L'opposition est de qualité, et on ne peut pas tous espérer jouer comme Roger (réd: Federer) l'a fait dans ses deux premiers tours", lâchait-il.

Stan Wawrinka avait été contraint de renoncer à l'Open de Gstaad en raison de douleurs à l'épaule droite, qui était apparues lors de son quart de finale perdu à Wimbledon face à Richard Gasquet. Il avait d'ailleurs dû s'arrêter de jouer pendant deux semaines après cet échec londonien... Samedi, il n'a pas semblé pouvoir lâcher ses coups dans le stade Louis Armstrong. Sa première balle de service n'a ainsi quasiment jamais été chronométrée à plus de 200 km/h, alors qu'il avait souvent dépassé les 210 km/h dans ses deux premiers tours.

Présent pour la septième fois en 8e de finale de l'US Open - qui est le tournoi du Grand Chelem dans lequel il a atteint le plus souvent ce stade de la compétition -, Stan Wawrinka a dû se contenter de gérer ses efforts face à un adversaire il est vrai très limité techniquement. Il a fait preuve de patience à l'échange, sans prendre de risques inconsidérés. Mais pourra-t-il se contenter d'appliquer la même tactique lundi face au gaucher américain Donald Young (26 ans), qui a sorti samedi le Serbe Viktor Troicki (no 22) après avoir perdu les deux premiers sets?

ATS