Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tenant du titre, Stan Wawrinka (no 3) sera bien présent au rendez-vous des quarts de finale à Roland-Garros.

Difficile vainqueur (7-6 6-7 6-3 6-2 en 2h56') d'un solide Viktor Troicki (no 22) dimanche, le Vaudois peut même envisager sereinement son prochain match: il retrouvera mardi le surprenant Albert Ramos-Viñolas (ATP 55). Il mène 6-0 dans son face-à-face avec le gaucher espagnol, qu'il a notamment écrasé 6-1 6-1 en quart de finale du récent Geneva Open.

Stan Wawrinka (31 ans) figure pour la 12e fois au stade des quarts de finale en Grand Chelem, la huitième au cours des dix dernières levées. Albert Ramos-Viñolas jouera pour sa part, à 28 ans, son premier quart de finale dans un "Major". Dimanche, il a dominé en trois sets le Canadien Milos Raonic (no 8), qui a souffert de la hanche droite. Le Catalan a ainsi gagné autant de matches depuis le début de cette quinzaine que dans ses 18 précédentes apparitions dans des tournois du Grand Chelem (4)!

Convaincant dans son 3e tour face à Jérémy Chardy (no 30) vendredi, Stan Wawrinka n'a pas témoigné de la même sérénité dimanche sur le court Philippe-Chatrier, même s'il s'est permis de taper la balle avec un ramasseur de balles alors que Viktor Troicki se faisait manipuler par le kiné après le cinquième jeu du deuxième set. Le joueur de St-Barthélemy a, ainsi, totalement manqué son affaire dans la deuxième manche. Il l'avait pourtant entamée de manière idéale, signant le break d'entrée après avoir maîtrisé son sujet dans le premier jeu décisif (7/5).

Stan Wawrinka n'a certes rien lâché dans ce deuxième set, revenant à 4-4 en remportant trois jeux consécutifs avant d'écarter quatre balles de set dans un deuxième tie-break très accroché (7/9). Mais il a accumulé les fautes directes dans ce jeu décisif, à l'image de cette attaque de revers totalement manquée à 7/7.

Le Vaudois a en revanche parfaitement su se ressaisir à l'entame du troisième set. Plus appliqué et plus concentré, il signait le break dès le troisième jeu sur un énorme retour de revers lâché le long de la ligne. Il prenait dès lors largement le dessus sur un Viktor Troicki touché à l'adducteur droit, se mettant rapidement à l'abri dans la quatrième manche en s'emparant à deux reprises de la mise en jeu adverse pour mener 5-1. La messe était dite.

ATS