Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les voix s'élèvent de par le monde pour trouver rapidement une solution à la crise de la dette. Au Forum économique mondial à Davos, l'Asie a à son tour appelé samedi, avec véhémence, l'Europe à juguler cette crise. Pour la cheffe du FMI, Christine Lagarde, les risques de contagion sont élevés.

Les économies, asiatiques notamment, sont bien plus interconnectées qu'au cours de la crise financière que l'Asie a traversée dans les années 1990, a expliqué Donald Tsang, chef de l'exécutif de Hong Kong, lors d'un débat au WEF sur les perspectives économiques mondiales.

En dépit des incertitudes liées à la Grèce et à la crise de la dette, la zone euro survivra, a déclaré de son côté le ministre de l'économie helvétique Johann Schneider-Ammann, présent à Davos. Dans le cas contraire, l'on courrait à une "catastrophe", a-t-il dit.

Désintégration de la zone euro

Le Conseil fédéral semble préparé à une désintégration de la zone euro. Le gouvernement a exigé que tous les scénarios soient envisagés, a relevé le Bernois devant quelques journalistes.

Comme de coutume, dans le cadre du WEF, la Suisse a organisé samedi matin une "mini-réunion ministérielle" autour du cycle de Doha. Dix-sept ministres y ont pris part. Le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), Pascal Lamy, était aussi présent.

Widmer-Schlumpf

La présidente de la Confédération Eveline Widmer-Schlumpf a de son côté quitté Davos après une série de rencontres. Les accords fiscaux de la Suisse avec les Etats-Unis et l'Allemagne, ainsi que le renflouement du FMI ont été au coeur des discussions.

Vendredi soir dans la station grisonne, Mme Widmer-Schlumpf a ainsi rencontré la directrice du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde, qui a demandé à la Suisse de contribuer aux efforts financiers pour faire face à la crise de la zone euro, a indiqué samedi à la presse la présidente de la Confédération.

Le FMI, qui dispose actuellement d'un tout petit peu mois de 385 milliards de dollars de ressources, souhaite trouver 500 milliards de dollars supplémentaires pour faire face à la crise de la zone euro.

ATS