Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ski alpin - Beat Feuz a pris une nouvelle dimension en gagnant la descente de Wengen. Un triomphe que le Bernois explique notamment par sa décontraction, hors et sur la piste.
Feuz a forcé la décision dans le "S" final, ultime difficulté après deux minutes trente d'effort. "Comme je parviens à skier de manière relâchée, cela me permet de conserver assez d'énergie jusqu'aux dernières portes", a relevé Feuz, dont les experts admirent l'économie dans sa manière de skier, dénuée de mouvement parasite.
Un choix tactique est également à l'origine de son succès: "Lors du super-combiné de vendredi, j'avais remarqué qu'il y avait beaucoup de bosses à la sortie du Hanneggschuss. Pendant la reconnaissance, j'ai donc essayé de repérer une ligne plus directe que mes adversaires", a-t-il raconté.
Deuxième Bernois après Bruno Kernen (9e Suisse en tout) à s'imposer au pied de l'Eiger, Feuz a jugé "incroyable" sa journée. "Je suis reconnaissant d'avoir vécu un tel moment. Ma première victoire en Coupe du monde avait été fêtée à Kvitfjell (No), loin de tout. Ici, je m'impose sur l'une des classiques du circuit, qui plus est devant mon public", s'est-il réjoui, davantage stimulé qu'impressionné par les 38'000 spectateurs du Lauberhorn (nouveau record).
A l'applaudimètre, Feuz a toutefois dû partager la première place avec Didier Cuche. Las pour le Neuchâtelois, cet accueil populaire a été sa seule satisfaction du jour. "Il m'a manqué la décontraction nécessaire pour aller vite sur une telle vite", a-t-il estimé, après avoir échoué au 15e rang à 1''44 de Feuz.
Toujours privé de succès à Wengen, Cuche tentera de rebondir la semaine prochaine sur sa piste fétiche de Kitzbühel (5 victoires). "Feuz surfe sur la vague du succès, sur une très grosse vague. Tout devient facile quand on se trouve dans une telle dynamique. J'espère moi aussi remonter sur cette vague-là à Kitzbühel", a dit le skieur des Bugnenets.
Vainqueur en 2009, Didier Défago a terminé encore plus loin (29e). "J'ai perdu beaucoup de temps sur le haut. Ma première courbe n'était pas propre", a-t-il regretté. Carlo Janka a fait largement mieux avec sa 4e place, égalant son meilleur résultat de l'hiver. Cela n'a pas empêché le Grison de se montrer déçu: "J'ai raté ma fin de course. Je m'attendais à mieux", a-t-il lâché.

ATS