Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le fonds activiste White Tale maintient la pression sur Clariant (archives).

KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

(sda-ats)

White Tale revient à la charge après avoir fait voler en éclats le mariage entre Clariant et Huntsman. Le fonds activiste, qui détient 20% du groupe bâlois, réclame désormais trois sièges au conseil d'administration de l'entreprise bâloise de spécialités chimiques.

Trois représentants de White Tale doivent être nommés "immédiatement" par le conseil d'administration pour siéger au sein de ce dernier et dans tous les comités "importants liés au processus de revue des alternatives stratégiques", a fait valoir le fonds lundi dans un communiqué.

White Tale exige également la nomination d'un conseiller financier indépendant, qui n'a pas été impliqué dans la fusion prévue avec l'américain Huntsman. Le fait de renoncer à cette fusion mal conçue n'est en aucun cas un motif de célébration, affirme le véhicule d'investissement à l'origine de l'échec de l'opération.

Création de valeur

"En tant qu'investisseurs à long terme, nous réaffirmons que nous sommes engagés dans la réussite de Clariant et de ses employés et dans la création de valeur pour les actionnaires. Le travail ne fait que commencer", souligne le véhicule d'investissement créé par les fonds Corvex et 40 North.

"Malheureusement, les déclarations de la direction de Clariant depuis vendredi dernier trahissent le désir de remonter dans le temps et de prétendre que cet épisode n'a pas eu lieu", déplore White Tale dans son communiqué.

L'actionnaire de référence revendique ainsi toujours la vente de l'activité des plastiques et revêtements (Plastics & Coatings), les montants obtenus devant être réinjectés dans les activités de spécialités chimiques.

Dialogue avec les actionnaires

Si White Tale et Clariant n'arrivaient pas à s'entendre, le fonds américain se verrait obligé d'organiser une assemblée générale extraordinaire "afin que tous les actionnaires puissent s'exprimer sur le futur de Clariant".

"Plusieurs discussions ont eu lieu depuis vendredi" et ces échanges vont se poursuivre, a indiqué Clariant dans une prise de position. Le groupe bâlois va "bien entendu" prendre en compte les revendications de White Tale, tout en considérant "les intérêts de tous les actionnaires".

Clariant a annoncé vendredi dernier qu'il renonçait à s'unir à Huntsman. Compte tenu de l'opposition de White Tale Holdings, Clariant n'était plus sûr d'obtenir l'approbation de deux tiers des actionnaires, nécessaire à cette fusion à 20 milliards de dollars.

Différentes options

Pour le patron de Clariant, les options d'avant le projet de fusion se retrouvent à nouveau sur la table: poursuite des activités en tant que société indépendante, rapprochement avec un homologue, voire acquisition d'envergure.

Une cession immédiate de la division Plastics and Coatings ne semble pas non plus à l'ordre du jour. "Ces activités représentent notre potentielle source de financement pour une acquisition", avait expliqué le directeur général Hariolf Kottmann.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS