Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'armée américaine a indiqué vendredi qu'elle avait approuvé la recommandation par la justice de renvoyer en cour martiale le soldat américain Bradley Manning. Il est accusé d'être la "taupe" de WikiLeaks. Il encourt la prison à vie pour "collusion avec l'ennemi".

La prise de position de l'armée ouvre la voie à l'établissement d'une date pour le procès de Bradley Manning, âgé de 24 ans.

"Un juge militaire sera détaché par la justice militaire américaine et ce juge fixera une date pour la lecture de l'acte d'accusation, le lancement des auditions et le procès", a précisé l'armée américaine dans un communiqué.

La justice militaire du pays avait "recommandé" en janvier le renvoi en cour martiale de Bradley Manning, accusé d'avoir transmis au site internet WikiLeaks, entre novembre 2009 et mai 2010, des documents militaires américains sur les guerres en Irak et en Afghanistan, ainsi que 260'000 dépêches diplomatiques du département d'Etat.

Le lieutenant-colonel Paul Almanza, qui présidait le tribunal militaire de Fort Meade, dans l'Etat du Maryland, et qui est chargé des investigations dans cette affaire, avait "conclu que les accusations" étaient fondées et que "des motifs raisonnables laissaient croire que l'accusé avait commis les faits qui lui sont reprochés".

Troubles récurrents

Durant sept jours d'audience préliminaire en décembre, la défense s'était attachée à montrer que le soldat Manning avait souffert de troubles émotionnels et sexuels. Ceux-ci, apparus lors de son déploiement près de Bagdad de novembre 2009 à mai 2010, s'étaient déclarés en raison notamment de son homosexualité. Selon la défense, ses supérieurs n'ont pris aucune mesure pour y remédier.

Cette semaine, à Londres, devant la Cour suprême, le fondateur de WikiLeaks Julian Assange a entamé, lui, la dernière manche de son combat contre son extradition vers la Suède où il y est accusé de viol et d'agressions sexuelles. Une décision dans ce dossier n'est pas attendue avant plusieurs semaines.

ATS