Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Londres - Le site internet WikiLeaks a publié samedi quelque 400'000 documents confidentiels qui révèlent les nombreux cas de torture commis par les Irakiens et couverts par l'armée américaine. Son fondateur Julian Assange a assuré vouloir montrer "la vérité" de la guerre en Irak.
"La révélation (des documents) vise à établir la vérité", a dit M. Assange lors d'une conférence de presse. "En temps de guerre, les attaques contre la vérité commencent bien avant le début (du conflit) et se poursuivent bien après", a-t-il ajouté, en référence au secret maintenu par l'armée sur les cas de torture et les bilans des pertes civiles.
"Nous espérons corriger certaines des attaques contre la vérité qui sont survenues avant la guerre, pendant la guerre et qui continuent", a-t-il ajouté en réponse aux accusations de Washington.
La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a condamné la fuite de tout document pouvant mettre en danger "la vie des soldats et des civils des Etats-Unis et de leurs alliés". Londres a aussi "condamné" la publication de ces documents, estimant que cela "pouvait représenter un risque pour la vie des troupes".
Nouvelles publications attendues
Au cours de la même conférence de presse, organisée au quatrième sous-sol d'un grand hôtel de Londres et tenue secrète jusqu'au dernier moment, le porte-parole de WikiLeaks, Kristinn Hrafnsson, a annoncé la diffusion prochaine de 15'000 nouveaux documents militaires américains, sur la guerre en Afghanistan cette fois.
"WikiLeaks n'a exploité qu'environ un rapport sur six des documents relatifs à l'Afghanistan afin de les examiner (...) ce travail est désormais terminé et les rapports vont bientôt sortir", a-t-il dit.
Comme les dossiers diffusés vendredi, ces nouveaux documents sont édités afin de masquer les noms des personnes impliquées et "ne contiennent aucune information qui pourrait menacer des particuliers", a-t-il promis.
Tortures et exactions
Les documents publiés par WikiLeaks montrent que l'armée américaine "n'a rien fait" pour empêcher des cas de torture commis par les forces irakiennes. Ils mettent par ailleurs en évidence "de nombreux cas de crimes de guerre qui semblent manifestes de la part des forces américaines, comme le meurtre délibéré de personnes qui tentaient de se rendre", selon le site.
Ils montrent également qu'au moins 109'000 personnes, dont 63% de civils, ont été tuées en Irak depuis l'invasion américaine de mars 2003 et jusqu'à fin 2009. Sur les 66'000 morts civils, 15'000 cas n'avaient jamais été révélés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS