Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Alex Wilson est au top et entend faire fructifier ses progrès dès vendredi, avec les séries du 100 m aux Mondiaux de Londres.

Le Bâlois, qui a battu coup sur coup les records nationaux du 100 m (en 10''11) et du 200 m (20''37) cet été, lorgnera les demi-finales du sprint.

La facétieux sprinter d'origine jamaïcaine resplendit depuis qu'il a rejoint le groupe de l'entraîneur britannique Lloyd Cowan à Londres, l'automne dernier. "J'ai beaucoup progressé en vitesse car nous bossons dur. Il n'y a aucune journée facile", déclare l'athlète à la bonhomie contagieuse. Wilson a même fusé en 20''23 aux Championnats de Suisse à Zurich, un temps cependant pas homologué en raison de son faux départ quelques minutes plus tôt lors du premier coup de feu (il a couru sous protêt avant d'être disqualifié). "On m'a volé ce record", estime-t-il aujourd'hui.

Volontiers boute-en-train, sous le regard hilare de son coach, Wilson ne se laisse pas pour autant décontenancer: il vise à court ou moyen terme des temps de 10''05 sur 100 m et de 20'' sur 200 m. Il frapperait alors à la porte du gotha européen et pourrait rêver d'une finale mondiale.

Mais il n'en est pas encore là. Les grands rendez-vous comme celui de Londres sont plus difficiles à négocier qu'un "petit" meeting tels Bulle ou Weinheim en Allemagne, où l'athlète d'Old Boys Bâle, âgé de 26 ans, a coutume de s'illustrer. "Le problème d'un grand Championnat est que vous devez assembler toutes les pièces d'un coup", a relevé Lloyd Cowan.

ATS