Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Il ne faut décidément jamais enterrer Serena Williams. L'Américaine s'est sortie d'une situation périlleuse au 3e tour à Wimbledon, où elle a vacillé avant d'écarter la Britannique Heather Watson.

Victorieuse 6-2 4-6 7-5, la no 1 mondiale s'est retrouvée au bord du précipice dans la troisième manche. Elle a dû sauver deux balles de 0-4, puis trois consécutives de 2-4. Et comme si cela n'était pas suffisant, elle est passée à deux points de la défaite à 4-5 sur le service de son adversaire.

Mais quand n'importe quelle joueuse lambda aurait lâché prise, Serena Williams s'en est alors remis à son formidable "fighting spirit". Avec une hargne retrouvée, elle a réussi in extremis à serrer le jeu, se montrant subitement plus mobile sur ses jambes et plus tranchante dans ses frappes. Il fallait bien ça pour se débarrasser d'une bluffante Heather Watson qui, malgré sa jeunesse (23 ans) et son classement modeste (WTA 59), n'a rien lâché face à sa prestigieuse adversaire.

Ce n'est évidemment pas la première fois que Serena Williams gagne un tel match. Dernier exemple en date, sa campagne victorieuse à Roland-Garros, durant laquelle elle a souvent été embarquée dans un troisième set, comme par exemple en demi-finale face à Timea Bacsinszky.

Toujours en vie - et donc toujours en course pour réussir le Grand Chelem cette année -, Serena Williams en découdra lundi en 8e de finale face à sa soeur Venus, qui a passé un après-midi beaucoup plus paisible pour se défaire de la Serbe Aleksandra Krunic (6-3 6-2).

Il s'agira du 26e affrontement sur le circuit entre les soeurs Williams, du 6e à Wimbledon. Serena mène dans les face-à-face (14-11 et 3-2 à Wimbledon), mais c'est son aînée qui avait gagné leur dernière rencontre en date, l'été passé à Montréal.

ATS