Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Garbiñe Muguruza n'en finit plus d'épater son monde à Wimbledon. L'Espagnole de 21 ans s'est qualifiée pour la finale en battant la Polonaise Agnieszka Radwanska (6-2 3-6 6-3).

Victorieuse de Timea Bacsinszky au tour précédent, Garbiñe Muguruza (no 20) a pourtant connu un gros black-out durant cette demi-finale. Impériale pendant près d'une heure, le temps de mener 3-1 dans la seconde manche, la Barcelonaise a vu son jeu subitement se gripper. Ses attaques, si percutantes jusqu'ici, ont commencé à sortir des limites du terrain. Beaucoup plus brouillonne et incapable de trouver un plan B, elle a alors pris l'eau et perdu six jeux de suite.

Son grand mérite a toutefois été de se reprendre au début de la troisième manche, ce qui n'allait pas de soi pour une joueuse si peu expérimentée. Garbiñe Muguruza y est toutefois parvenue, imposant à nouveau sa puissance à Agnieszka Radwanska. Et cette fois-ci, elle n'a pas lâché son os, à l'image de cet ultime jeu très tendu, durant lequel elle a sauvé deux balles de debreak avant de conclure sur sa première balle de match sur une volée liftée de coup droit.

En se qualifiant pour sa première finale en Grand Chelem, Garbiñe Muguruza a ainsi confirmé tout son potentiel, dont elle avait donné un premier aperçu en 2013 à Roland-Garros, où elle avait battu Serena Williams. La voilà désormais, à 21 ans seulement, dans la cour des grandes. Elle est aussi entrée de plain-pied dans l'histoire du tennis espagnol, devenant la première joueuse ibérique à se qualifier pour une finale en Grand Chelem depuis Conchita Martinez en 2000 à Roland-Garros.

Samedi finale, le défi proposé à Garbiñe Muguruza s'annonce beaucoup, beaucoup plus compliqué. L'Espagnole affrontera la gagnante de la deuxième demi-finale, opposant Serena Williams (no 1) à Maria Sharapova (no 4).

ATS