Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Rolf Erb, fils du fondateur du groupe Erb décédé en 2003, a été condamné jeudi à huit ans de prison ferme par le tribunal de district de Winterthour (ZH). Il a été reconnu coupable d'escroquerie, de dommages aux créanciers et de faux dans les titres. Le condamné fait appel.

Les juges ont partiellement suivi le procureur qui avait requis une peine de 10 ans de réclusion. Sur les ondes de "Radio 24", la procureure s'est déclarée "satisfaite" du verdict. La défense avait, elle, plaidé l'acquittement. Le jugement a été lu jeudi, mais le procès s'est déroulé du 23 janvier au 3 février.

Le dernier patron du groupe familial a été reconnu coupable d'avoir trompé les banques pendant des années grâce à des bilans manipulés et falsifiés de 1998 à 2003. Rolf Erb a ainsi pu cacher que les entreprises du groupe étaient surendettées.

Grande "énergie criminelle"

La culpabilité du prévenu est "très lourde", a déclaré le président du tribunal au cours de la lecture du jugement. L'accusé a dépensé "une forte dose d'énergie criminelle", selon la Cour qui ne lui a pas reconnu de circonstances atténuantes. Le tribunal a en revanche refusé de prononcer une peine de 10 ans qu'il estime réservée aux crimes de sang.

A peine le jugement prononcé, l'avocat du condamné a annoncé que son client ferait appel auprès de la Cour suprême du canton de Zurich. Rolf Erb a toujours clamé son innocence. A aucun moment le groupe familial n'a été surendetté, a-t-il affirmé. Il a aussi critiqué l'expertise officielle des revenus et des actifs du groupe qui ne tient pas compte des réserves latentes.

Luxe malgré la faillite

Criblé de dettes, le groupe de Winterthour a été déclaré en faillite et devait 2,2 milliards de francs à ses créanciers. Malgré cette situation, Rolf Erb s'est accordé le château d'Eugensberg à Selenstein (TG), propriété du groupe. La valeur de l'immeuble est estimée à 27 millions de francs.

L'héritier a aussi donné à sa partenaire et à ses fils jumeaux âgés d'un an des immeubles et des actions d'une valeur globale de 10 millions de francs.

ATS